En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dopage: l'AMA lève la suspension patielle du labo de Los Angeles

Samedi 07 octobre 2017
Dopage: l'AMA lève la suspension patielle du labo de Los Angeles
Sir Craig Reedie, président du comité exécutif de l'AMA, lors du symposium annuel de l'AMA, le 13 mars 2017 à Lausanne - Fabrice COFFRINI (AFP/Archives)

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a levé la suspension partielle de l'accréditation du laboratoire antidopage de Los Angeles (UCLA), effective depuis le 14 juin dernier, estimant qu'il avait résolu le problème de "non-conformité aux meilleures pratiques", a annoncé l'AMA dans un communiqué vendredi soir.

"Sir Craig Reedie, le président du comité exécutif de l'AMA, a autorisé la levée partielle de l'accréditation de l'UCLA à Los Angeles, aux Etats-Unis, en ce qui concerne l'analyse de quatre substances interdites spécifiques", annonce l'AMA dans son communiqué daté de Montréal.

Ces substances sont les glucocorticoïdes prednisolone et prednisone, ainsi que les stéroïdes anabolisants boldénone et boldione.

"L'UCLA a résolu le problème qui avait entraîné une suspension partielle. Aussi, le 27 septembre, le groupe d'experts de l'AMA avait recommandé au président du comité exécutif de l'AMA de lever la suspension partielle", poursuit le communiqué.

Durant cette suspension, le laboratoire de l'UCLA pouvait continuer de mener ses activités courantes en matière de lutte contre le dopage, mais devait obtenir un deuxième avis de la part d'un autre laboratoire accrédité par l'AMA avant de signaler tout résultat d’analyse anormal pour les quatres substances interdites spécifiques.

"A compter du 27 septembre, l'UCLA n'a plus besoin d'obtenir un deuxième avis avant de signaler tout résultat anormal pour les quatre substances interdites spécifiques", précise le communiqué.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3