En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Cyclisme: 8 coureurs par équipes dans les grands tours

Vendredi 25 novembre 2016
Cyclisme: 8 coureurs par équipes dans les grands tours
Les principaux organisateurs de courses cyclistes, dont le Tour de France et le Giro, annoncent leur décision de réduire dès 2017 le nombre de coureurs dans les équipes engagées, de 9 à 8 pour les grands tours et de 8 à 7 pour les autres courses - JEFF PACHOUD (AFP/Archives)

Les principaux organisateurs de courses cyclistes, dont le Tour de France et le Giro, ont annoncé vendredi leur décision de réduire dès 2017 le nombre de coureurs dans les équipes engagées dans leurs épreuves, de 9 à 8 pour les grands tours et de 8 à 7 pour les autres courses.

Cette annonce a été faite à l'occasion de l'assemblée générale de l'association internationale qui regroupe les organisateurs (AIOCC), un an après une position de principe sur le sujet qui est restée lettre morte auprès de l'Union cycliste internationale (UCI) en raison de l'opposition des coureurs et des équipes.

Christian Prudhomme, directeur du Tour et président de l'AIOCC, a expliqué que ce changement, voulu par les grands organisateurs (ASO, RCS, Flanders), répondait à un double objectif, améliorer la sécurité des coureurs et dynamiser la course.

Le nombre élevé de coureurs est régulièrement mis en cause lors des chutes massives qui se produisent dans les étapes de plaine.

"L'impératif de sécurité s'impose à nous", a déclaré à l'AFP le directeur du Tour. "Par exemple, nous allons doubler dans le final des étapes de plaine les barrières inclinées qui présentent de meilleures garanties pour les coureurs et nous allons renoncer à l'arche gonflable de la flamme rouge. C'est un ensemble de mesures dans lequel la réduction de nombre de coureurs est évidemment un élément important".

Les trois opérateurs contrôlent les principales épreuves du calendrier WorldTour, la première division du cyclisme. Notamment le Tour de France, la Vuelta, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Nice, le Dauphiné (ASO), Giro, Milan-Sanremo, Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico (RCS), Tour des Flandres, Het Nieuwbland, Gand-Wevelgem (Flanders Classics).

- Madiot: 'Pourquoi ne pas essayer ?' -

Les grands tours, au premier rang desquels le Tour de France, réunissent depuis plusieurs années 198 coureurs, à raison de neuf pour les 22 équipes participantes.

Dans le Tour de France, le nombre de neuf coureurs par équipes est devenu la règle à partir de 1987, contre dix les années précédente. Dans un passé plus lointain, le nombre de coureurs par équipes a fluctué.

Si nombre d'équipes se sont déclarées par le passé opposées à une réduction du nombre de leurs coureurs dans les grands rendez-vous, d'autres estiment que l'intérêt supérieur du cyclisme doit prévaloir.

"Pourquoi ne pas essayer ?", a réagi vendredi soir auprès de l'AFP Marc Madiot, qui dirige la FDJ. "C'est une option pour rendre leur intérêt aux courses, comme pourraient l'être (l'interdiction en course des) oreillettes ou capteurs de puissance. Si les courses sont attractives avec 8 coureurs, partons pour 8 coureurs. Si elles le sont avec 6, partons pour 6".

Dans un communiqué conjoint, les trois organisateurs ont rappelé que le nombre des équipes engagées restait inchangé et ont détaillé les objectifs poursuivis: "Le premier est d'améliorer les conditions de sécurité des coureurs au sein d'un peloton moins imposant sur des routes de plus en plus équipées de mobilier urbain. Le second, conséquence heureuse du premier, est de rendre plus compliqué le verrouillage de la course et de donner davantage de souffle sportif aux épreuves pour la plus grande joie des fans de cyclisme."

Christian Prudhomme a par ailleurs été réélu pour un troisième mandat de quatre ans à la présidence de l'AIOCC. Il aura, pour vice-président délégué, l'Italien Mauro Vegni (RCS).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire