En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Boxe: Tony Yoka finalement devant l'AFLD le 20 juin

Lundi 23 avril 2018
Boxe: Tony Yoka finalement devant l'AFLD le 20 juin
Tony Yoka lors d'une conférence de presse à Paris le 6 avril 2018 - Christophe SIMON (AFP/Archives)

Le boxeur Tony Yoka, convoqué le 7 juin par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour être entendu sur ses manquements à des contrôles, devra finalement s'expliquer le 20 juin, assure lundi le journal L'Equipe.

Le champion olympique des lourds, suspendu un an avec sursis le 12 décembre pour trois "no show", avait demandé le report de l'audience à début juillet mais c'est la date du 20 juin qui a finalement été retenue, "soit trois jours avant un potentiel combat de Yoka", explique le quotidien sportif.

Vainqueur de son quatrième combat professionnel début avril, Yoka voulait défier le champion de France de sa catégorie, Raphaël Tronché, le 23 juin. Refus de Tronché qui ne souhaite pas combattre à cette date.

Un "no show", ou défaut de location, résulte du fait d'être absent à l'adresse que doit indiquer un sportif de haut niveau à son autorité antidopage lorsque se présentent les contrôleurs.

Après la sanction de sa fédération, l'AFLD s'est saisie de ce dossier. Selon le code mondial antidopage, que l'AFLD a l'habitude de suivre, un sportif risque pour trois "no-show" en moins de douze mois une suspension ferme d'un ou deux ans "en fonction du degré" de sa faute.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire