France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Boxe Lourds-légers: Bellew veut réussir ses adieux contre Usyk, la nouvelle star

Samedi 10 novembre 2018
Boxe Lourds-légers: Bellew veut réussir ses adieux contre Usyk, la nouvelle star
Le boxeur britannique Tony Bellew salue ses fans à l'issue de sa victoire sur son compatriote David Haye, en poids lourds, le 6 mai 2018 à Londres - Daniel LEAL-OLIVAS (AFP/Archives)

Le Britannique Tony Bellew défie samedi soir, à Manchester, la nouvelle star des rings, l'Ukrainien Oleksandr Usyk, détenteur des ceintures WBC, WBA, IBF et WBO des poids lourds-légers, pour ce qui pourrait bien être ses adieux.

A 35 ans, Bellew l'assure: il va disputer le dernier combat de sa carrière, en boxe anglaise du moins, puisqu'il est de longue date attiré par le MMA: "Ma femme va demander le divorce si je ne m'arrête pas après celui-ci".

Le "fat scouser" a de plus en plus de mal à redescendre sous les 100 kg au quotidien, et a vécu un chemin de croix pour s'établir sous les 90 kg, limite haute des lourds-légers, pour cette échéance.

Sa dernière apparition chez les lourds-légers remonte à octobre 2016 lors d'une défense de son titre WBC chez lui à Liverpool face à l'Américain BJ Flores, dominé aisément.

Il est ensuite monté chez les lourds pour affronter victorieusement son compatriote David Haye, en mars 2017 puis en mai 2018, des shows londoniens très lucratifs pour les deux hommes.

Invaincu chez les lourds-légers, Bellew a subi ses deux seuls revers en 33 combats (30 victoires dont 20 avant la limite et un nul) chez les mi-lourds contre le Britannique Nathan Cleverly en 2011 et le Canadien Adonis Stevenson en 2013.

"90% des gens disaient que je n'oserais pas me mesurer à ce monstre parce que j'avais gagné suffisament d'argent comme ça", souligne-t-il à propos du choc contre Usyk, ajoutant: "C'est le cas, mais je poursuis un rêve: devenir un champion incontesté et unifié".

- Joshua chez les lourds ? -

"J'aime la boxe depuis l'âge de 10 ans et cette fois-ci je veux essayer de marquer l'histoire en réalisant quelque chose que je n'aurais jamais imaginé être possible", ajoute-t-il.

En 2015, Bellew s'est offert une incursion au cinéma en jouant dans "Creed", la suite de la saga "Rocky" avec Sylvester Stallone.

Malgré ses promesses de retraite pugilistique, s'il crée la surprise contre Usyk, il serait peut-être tenté de relever le défi déjà lancé par Stevenson, prêt à passer des mi-lourds aux lourds-légers pour lui offrir une revanche.

Jab, déplacements, technique, les atouts d'Usyk sont, en effet, nombreux et sa seule faiblesse semble être un léger manque de punch.

Agé de 31 ans, ce père de trois enfants, comme Bellew, est parvenu en seulement 15 combats à devenir le maître incontesté des lourds-légers, bien aidé par un tournoi d'unification opposant les quatre principaux champions ainsi que leurs challengers, les "World Boxing Series".

Le natif de Simferopol en Crimée, pas favori à l'époque, a parachevé son oeuvre en finale en infligeant sa première défaite au Russe Murat Gassiev, champion IBF et WBA, et immédiatement défié Bellew.

Après une brillante carrière chez les amateurs qui l'a notamment vu décrocher l'or olympique à Londres-2012 chez les -91 kg, il est le seul homme chez les pros à détenir les ceintures des quatre fédérations les plus prestigieuses, et le premier à y parvenir chez les lourds-légers.

En cas de succès samedi, il se verrait d'ailleurs bien monter chez les lourds pour y rencontrer le Britannique Anthony Joshua, champion WBA, IBF et WBO.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3