En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Boudjellal: "Je ne viens pas armé" à la Ligue

Lundi 10 juillet 2017
Boudjellal: "Je ne viens pas armé" à la Ligue
Le président du RCT Mourad Boudjellal, le 10 juillet 2017 à Toulon - Franck PENNANT (AFP)

"Je ne viens pas armé" à la Ligue nationale de rugby (LNR), a assuré lundi le bouillant président de Toulon, Mourad Boudjellal, nouvel élu au Comité directeur.

"J'arrive avec mes idées et mes arguments. Je suis content d'y être, on peut faire de bonnes choses", a-t-il ajouté à propos de son élection du 1er juillet, lors d'une conférence de presse pour la reprise de l'entraînement de tous ses internationaux, en public, au stade de Berg, le centre technique du RCT.

Souvent en conflit avec le Ligue, l'homme fort du RCT a tenu des propos constructifs et a beaucoup parlé de l'économie du Top 14. "Elle a été modifiée en sacrifiant les audiences du public dans les stades à celles des téléspectateurs. Mais si ceux qui font des audiences en paient le prix, notamment par la répartition des droits, on va vers la mort de ces clubs", a-t-il assuré.

Le président toulonnais défend ce qu'il appelle "l'économie réelle des clubs", basée sur l'engouement, face à certains de ses rivaux qui dépendent de mécènes.

Dans sa vision du rugby français, Mourad Boudjellal souhaite également "défendre le fait que la formation soit un actif et non une charge pour le rugby français. Tant qu'on n'a pas compris cela, on restera dans les problèmes.

"Le Top 14 peut aider l'équipe de France. Mais il faut arrêter les bêtises, a-t-il ajouté. Le matin, les clubs ne pensent pas à aider l'équipe de France mais à payer les joueurs et avoir un bilan positif".

Mourad Boudjellal estime par ailleurs que le rugby français peut trouver son propre modèle sans forcément aller chercher la solution à l'étranger. "On est des trompettes ? a-t-il demandé. On n'a pas besoin d'aller copier les autres, on peut avoir notre modèle. On doit jouer comme les Français pas comme les Néo-Zélandais".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire