En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

24 Heures du Mans: Toyota et sa star Alonso contre cinq écuries privées

Vendredi 09 février 2018
24 Heures du Mans: Toyota et sa star Alonso contre cinq écuries privées
L'Espagnol Fernando Alonso durant une conférence de presse au GP d'Abu Dhabi, le 23 novembre 2017 - GIUSEPPE CACACE (AFP/Archives)

Toyota, seul constructeur dans la catégorie-reine (LMP1) du Championnat du monde d'endurance (WEC), avec sa star espagnole Fernando Alonso, sera opposée en 2018-2019 à cinq écuries privées, a annoncé vendredi l'Automobile Club de l'Ouest (ACO).

Renforcée par l'arrivée du double champion du monde de Formule 1 dans l'une de ses deux voitures, la marque japonaise aura surtout à coeur de conquérir la victoire -qui lui échappe depuis plus de 30 ans- lors de la 86e édition des 24 Heures du Mans, les 16 et 17 juin prochains.

Cinq structures privées (Rebellion avec l'expérimenté Allemand André Lotterer et le jeune prodige français Thomas Laurent, Manor, Bykolles, Dragonspeed et SMR Racing) se dresseront sur sa route, contre un constructeur (Porsche) et un privé (Bykolles) l'an dernier.

Les six équipes engagées en LMP1 se battront pour le titre jusqu'à la fin de cette "super saison", étalée sur deux ans (2018-2019) avec en clôture les 24 Heures du Mans de l'an prochain.

Autre nouveauté, le barème de points a été revu: au lieu de compter double, la victoire aux 24 Heures du Mans 2018 ou 2019 rapportera 50% de points supplémentaires par rapport à une épreuve de six heures. Une victoire aux 1500 Miles de Sebring (Etats-Unis), nouvelle manche du WEC, rapportera 25% de points supplémentaires.

Outre les dix prototypes engagés en LMP1 (deux Toyota et huit protos privés), sept protos en LMP2, dix GT en GTE-Pro et neuf autres en GTE-Am disputeront la saison 2018-2019 dans son intégralité. Soit 36 voitures, le plus grand nombre d'engagés depuis les débuts du WEC en 2012.

Pour l'édition 2018 des 24 Heures du Mans, la course la plus prestigieuse, 60 voitures (dont 30 protos) seront au départ, soit 180 pilotes dont plusieurs retraités de la F1 comme Giancarlo Fisichella, en GTE-Am, et Vitaly Petrov, en LMP1.

Confronté au retrait d'Audi en 2017 et à celui de Porsche cette année, l'ACO a été contraint de repenser la réglementation LMP1 et de remanier son calendrier en imaginant cette "super saison" qui incluera donc deux éditions successives des 24 Heures du Mans.

Enfin, autre annonce de vendredi au Salon Rétromobile de Paris, les Six Heures de Fuji, qui devaient initialement avoir lieu le 21 octobre, ont été déplacées au 14 octobre pour permettre à Alonso, dont la participation doit relancer un WEC en perte de vitesse, de le disputer dans son intégralité, alors qu'il est également engagé en F1.

Cette "super saison" 2018-2019 débutera les 6 et 7 avril par un prologue sur le Circuit Paul Ricard du Castellet (Var), soit trente heures d'essais officiels. La première manche aura lieu le 5 mai, pour les Six Heures de Spa-Francorchamps, répétition générale des 24 Heures du Mans.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire