En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Violences à Kinshasa : plus de 50 morts selon l'opposition

Lundi 19 septembre 2016
Violences à Kinshasa : plus de 50 morts selon l'opposition
Des manifestants pointent du doigt un portrait endommagé du président Joseph Kabila, lors d'une manifestation de l'opposition à Kinshasa, le 19 septembre 2016 - EDUARDO SOTERAS (AFP)

Cinquante personnes au moins ont été tuées lundi par les forces de l'ordre à Kinshasa, selon le "Rassemblement" de l'opposition qui avait appelé à manifester dans toute la République démocratique du Congo pour exiger le départ du président Joseph Kabila au terme de son mandat, le 20 décembre.

"Le Rassemblement déplore de nombreuses victimes, plus de 50 morts dénombrés à cette étape, victimes fauchées par les tirs à balles réelles de la police et de la garde républicaine", écrit la coalition d'opposition dans un communiqué.

Dénonçant "la restriction de l'espace politique de l'opposition ainsi que la dérive totalitaire du régime", le "Rassemblement" appelle "toute la population à se rassembler" dès mardi "pour poursuivre sans désemparer les revendications engagées aujourd'hui".

Le texte affirme par ailleurs la volonté de l'opposition "d'intensifier et amplifier la mobilisation populaire [jusqu'au] départ définitif de Joseph Kabila de la tête de la RD Congo".

Qualifiant de "mouvement insurrectionnel" les violences survenues dans la capitale, le ministre de l'Intérieur congolais, Évariste Boshab, avait donné plus tôt un bilan provisoire officiel de "17 morts, dont trois policiers [...] et 14 civils parmi les pillards".

Les violences ont commencé dans la matinée et se sont poursuivies jusqu'en début d'après-midi. Elles ont été émaillées de pillages dans certains quartiers de la ville.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire