En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

USA: un campeur se réveille la tête dans la gueule d'un ours

Mardi 11 juillet 2017
USA: un campeur se réveille la tête dans la gueule d'un ours
L'ous brun a traîné l'instructeur sur environ quatre mètres au sol avant que d'autres campeurs ne le fassent lâcher sa proie en l'effrayant - Jean Christophe VERHAEGEN (AFP/Archives)

Un employé d'un camp d'été dans le Colorado a eu un choc à son réveil: sa tête était enserrée entre les crocs d'un ours brun qui le traînait au sol.

Le jeune homme de 19 ans, instructeur en techniques de survie dans un ranch, a décrit "l'immense douleur" ressentie lorsque l'ours "écrasait" son crâne dimanche matin.

L'animal l'a traîné sur environ quatre mètres au sol avant que d'autres campeurs ne le fassent lâcher sa proie en l'effrayant. Des responsables du site, accompagnés de chiens, ont ensuite lancé une traque.

"Le craquement que j'entendais, je pense, c'était les dents qui grattaient sur le crâne dans lequel il mordait", a confié le jeune homme, seulement identifié par le prénom Dylan, sur la chaîne locale Denver 7.

"Il m'a attrapé... et ensuite m'a tiré, et ensuite il a mordu l'arrière de ma tête et m'a traîné. Lorsqu'il me traînait, c'est la partie qui a été la plus lente. J'ai eu l'impression que ça durait une éternité", a-t-il poursuivi, évoquant le souffle de l'ours sur sa nuque.

Il dormait dans un sac de couchage au bord d'un lac avec quatre autres employés du camp lorsque l'animal a mené son attaque vers 4H15 dimanche matin (11H15 GMT) à Ward, situé à une trentaine de kilomètres de la ville de Boulder.

"J'ai cru pendant un instant que j'étais en train de rêver mais ensuite je me suis dit que ça faisait tellement mal que ça ne pouvait pas être un rêve", a expliqué Dylan, qui est sorti de l'hôpital avec neuf points de suture.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire