En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Trump et Xi devant l'Apec avec deux visions concurrentes du commerce mondial

Vendredi 10 novembre 2017
Trump et Xi devant l'Apec avec deux visions concurrentes du commerce mondial
Le président américain Donald Trump à son arrivée à l'aéroport de Danang pour assister au Sommet de l'Apec, le 10 novembre 2017 au Vietnam - Ye Aung Thu (AFP)

Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, à la tête des deux plus grandes économies du monde, devraient présenter vendredi des visions concurrentes pour l'avenir du commerce mondial devant les dirigeants de l'Asie-Pacifique réunis en sommet au Vietnam.

Donald Trump est arrivé à la mi-journée dans la ville côtière de Danang dans le centre du Vietnam, pour le sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), qui représente 60% de la richesse mondiale.

Il s'agit de la première visite du président américain au Vietnam, l'une des étapes de son premier voyage en Asie, le plus long dans la région d'un chef d'Etat américain depuis un quart de siècle.

Trump, dont la doctrine est l'"Amérique d'abord", est très attendu dans la région par des dirigeants qui veulent des clarifications sur sa vision d'"une région Indo-Pacifique libre et ouverte".

Le retrait abrupt des Etats-Unis de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), décidé par Donald Trump trois jours seulement après son arrivée à la Maison Blanche, avait désarçonné nombre de pays signataires, Japon et Vietnam en tête.

Alors que les Etats-Unis se replient derrière le "nationalisme économique", la Chine va faire un pas en avant, estime l'analyste Ian Bremmer du cabinet Eurasia Group.

"Les Etats-Unis sont de plus en plus vus comme un allié inconstant" et "même si beaucoup de pays n'aiment pas nécessairement le modèle chinois, ils vont avec ce qu'ils ont", ajoute-t-il, évoquant les nombreux immenses projets de la Chine dans la région.

De plus, Xi Jinping est ressorti renforcé du dernier congrès du Parti communiste. Il est vu comme le dirigeant le plus fort depuis des décennies, à la tête d'un pays qui se voit en puissance montante à même d'ébranler la domination américaine.

La Chine a annoncé vendredi élargir l'accès des entreprises étrangères à son secteur financier, mettant fin à des restrictions vivement critiquées par les partenaires de Pékin.

- Pas de rencontre Trump-Poutine -

Dans ce contexte, emmenés par le Japon, les ministres de l'Economie des 11 pays restants mènent depuis jeudi de grandes négociations, espérant conclure un nouveau TPP sans les Etats-Unis. Mais les négociations sont complexes.

Un responsable du gouvernement japonais à Tokyo a expliqué vendredi à l'AFP que les onze pays avait conclu "un accord de base au niveau ministériel" qui devait ensuite être soumis aux dirigeants de chaque pays avant d'être approuvé.

Une percée balayée d'un revers de main par un tweet du ministre du Commerce du Canada, François-Philippe Champagne. "Il n'y a pas d'accord sur le TPP", a-t-il écrit vendredi matin.

Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, dont le pays fait partie des nations qui discutent d'un TPP à 11, a déploré le changement de "ton" sur la mondialisation.

"Je vois la montée de l'antimondialisation, je vois la montée de nations qui sont davantage tournées sur elles-même... il y a beaucoup de remise en question pendant ce sommet", devant une assemblée de PDG.

Initiative des Etats-Unis, le TPP, conclu en 2015 par 12 pays représentant 40% de l'économie mondiale, était vu par ses défenseurs comme un indispensable contrepoids à l'influence grandissante de la Chine.

En marge des discussions économiques, le dossier de la Corée du Nord, qui a été au centre des premières étapes du voyage asiatique de Trump (Japon, Corée du Sud, Chine) devrait de nouveau être évoqué à Danang.

Mais il n'y aura finalement pas de rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump, contrairement à ce qui avait été évoqué par les deux pays.

"Aucune rencontre n'a jamais été confirmée et il n'y en aura pas en raison de problèmes d'agenda des deux côtés", a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, précisant cependant qu'il était probable que les deux dirigeants se croisent en marge du sommet.

A Pékin, au côté de son homologue chinois, Trump avait jeudi de nouveau appelé Moscou à augmenter la pression sur le régime de Pyongyang pour aider à résoudre "cette situation potentiellement dramatique".

Dans l'après-midi, le président américain, qui a toujours réussi à éviter la conscription, rencontrera également des vétérans américains de la guerre du Vietnam.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire