En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Tour de Lombardie: les Français butent sur Nibali

Samedi 07 octobre 2017
Tour de Lombardie: les Français butent sur Nibali
L'Italien Vincenzo Nibali, vainqueur du Tour de Lombardie, le 7 octobre 2017 à Côme - MIGUEL MEDINA (AFP)

Les Français, à l'image de Julian Alaphilippe (2e) et de Thibaut Pinot (5e), ont buté sur l'Italien Vincenzo Nibali, vainqueur pour la deuxième fois du Tour de Lombardie, samedi, près du rivage du lac de Côme.

Deux ans après s'être incliné (3e) sur le même parcours, déjà face à Nibali, Pinot a enflammé la classique lombarde, l'un des cinq "monuments" de la saison. "J'ai couru pour gagner", a déclaré le Franc-Comtois, qui a attaqué à trois reprises dans le Civiglio, l'avant-dernière difficulté du parcours très sélectif de 247 kilomètres.

Mais, avant le sommet, à quelque 16 kilomètres de l'arrivée, Pinot a vu revenir Nibali, plus rapide que lui par la suite dans la descente. Lacet après lacet, le "Requin de Messine" a pris ses distances pour compter une poignée de secondes d'avance et creuser ensuite l'écart dans le San Fermo della Battaglia, la dernière montée sur les hauteurs de Côme.

"Je me suis découvert dans l'avant-dernière montée car je visais la victoire, pas une place d'honneur", a insisté ensuite Pinot, repris par Alaphilippe et les autres poursuivants peu avant le sommet de l'ultime ascension.

Sous le soleil, le chef de file de la FDJ s'est classé finalement cinquième et... troisième Français. Derrière Alexis Vuillermoz, lequel a protesté en vain pour avoir été gêné dans le sprint pour la troisième place par l'Italien Gianni Moscon.

- Alaphilippe court après -

Alaphilippe, à la peine sur les pentes du Civiglio, s'est régénéré dans le final. Il est sorti seul en chasse derrière Pinot pour s'en aller conquérir une nouvelle place d'honneur, à 28 secondes de Nibali.

Moins de deux semaines après sa déception des Mondiaux de Bergen (Norvège), où il avait été rejoint avant la flamme rouge du dernier kilomètre, le puncheur auvergnat s'est de nouveau montré à son avantage. Mais sans parvenir à gagner.

"Je ne pouvais pas suivre Nibali, j'étais à la rupture", a expliqué Alaphilippe, qui tourne autour de la victoire dans les grandes classiques. Deuxième de Liège-Bastogne-Liège en 2015 et troisième de Milan-Sanremo en mars dernier, le jeune Français (25 ans) court toujours après la consécration.

En franchissant la ligne, Nibali (32 ans) a dessiné avec ses doigts le nombre de 50, son total de victoires. Dans le lot, les trois grands tours - il est l'un des six coureurs de l'histoire à avoir gagné le Tour, le Giro et la Vuelta - mais la "Lombardie" pour seule classique.

"Je suis passé très près une fois de gagner Liège (-Bastogne-Liège). Ce serait beau de retrouver Alaphilippe pour se disputer la gagne", a souri le "Squale", qui a signé la première grande victoire de l'équipe de Bahrein, la formation créée cette année autour de lui.

Troisième du Giro et deuxième de la Vuelta, le Sicilien n'a pas encore fait son choix de programme pour l'année prochaine. "Je veux d'abord voir les parcours du Giro et du Tour", a-t-il annoncé. Pour le Giro, qui partira de Jérusalem et passera probablement par la Sicile selon les médias italiens, ce sera en novembre. Pour le Tour, la présentation est fixée au 17 octobre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3