En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Raid américain en Syrie: une "agression flagrante", accuse Assad

Lundi 19 septembre 2016
Raid américain en Syrie: une "agression flagrante", accuse Assad
Le président syrien Bachar al-Assad reçoit le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Jaberi Ansari, le 19 septembre 2016 à Damas - HO (SANA/AFP)

Le président syrien Bachar al-Assad a accusé lundi les Etats-Unis d'avoir commis une "agression flagrante" contre son pays en menant samedi un raid contre son armée à Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.

"Chaque fois que l’État syrien avance sur le terrain et dans le processus de réconciliation nationale, les États qui nous sont hostiles accroissent leur soutien aux organisations terroristes. Le dernier exemple, c'est l'agression flagrante américaine sur une position de l'armée syrienne à Deir Ezzor au profit du groupe terroriste Daech" (acronyme arabe du groupe jihadiste État Islamique).

Le chef de l'Etat a fait cette déclaration rapportée par l'agence officielle Sana en recevant à Damas le vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour les affaires arabes et africaines.

"Les parties qui sont hostiles à la Syrie font l'impossible pour prolonger la guerre terroriste", a-t-il ajouté.

La trêve en Syrie a été fragilisée après les frappes de la coalition conduite par les États-Unis contre l'armée syrienne dans la région de Deir Ezzor (est), qui ont fait au moins 90 morts dans les rangs de l'armée.

A la faveur de ce raid, les jihadistes ont réussi à s'emparer du mont Thourda, qui domine l'aéroport de Deir Ezzor tenu par le régime, selon une source militaire. Avec cette position, les jihadistes peuvent empêcher les mouvements des avions et des hélicoptères.

La coalition internationale a reconnu avoir bombardé ce qu'elle pensait être une position de l'EI, avant de mettre fin à l'opération dès que Moscou l'a prévenue qu'il s'agissait de troupes syriennes.

La Russie a ensuite porté l'affaire devant le Conseil de sécurité de l'ONU, qui s'est réuni en urgence samedi soir.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire