En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Législatives en Irak: le Premier ministre devancé par deux listes anti-système

Lundi 14 mai 2018
Législatives en Irak: le Premier ministre devancé par deux listes anti-système
Des Irakiens lors des législatives en Irak, le 14 mai 2018 ) Bagdad - AHMAD AL-RUBAYE (AFP)

Les Irakiens ont créé la surprise en plaçant lundi en tête des législatives, selon des résultats encore partiels, deux listes anti-système, loin devant le Premier ministre Haider al-Abadi, pourtant crédité d'un large soutien international et de la récente victoire face aux jihadistes.

Ces premiers résultats officiels du scrutin de samedi n'incluent pas les votes des forces de sécurité, des Irakiens de l'étranger et des déplacés, et leur prise en compte est encore susceptible de changer la donne.

Mais, pour le moment, à la surprise générale, les deux mouvements en tête sont celui du chef nationaliste chiite Moqtada Sadr, qui s'est rapproché de l'Arabie saoudite au grand dam de Téhéran, et le Hachd al-Chaabi, des supplétifs de l'armée proches de l'Iran.

Ils ont tous deux adopté dans le passé une rhétorique hostile aux États-Unis, allant même jusqu'à les affronter militairement, avant de faire front commun avec eux pour bouter le groupe État islamique (EI) hors du pays.

Ces scores surprise interviennent au moment même où les États-Unis et l'Iran sont à couteaux tirés après le retrait par le président américain Donald Trump de l'accord sur le nucléaire iranien.

En 2014, Washington et Téhéran s'étaient tacitement accordés sur le nom de Haider al-Abadi, écartant son rival au sein du parti Daawa Nouri al-Maliki, dont le projet de revenir aux commandes a échoué.

L'Iran n'a pas encore réagi à ces résultats partiels.

- "Rejet de la corruption" -

L'alliance inédite du leader chiite Moqtada Sadr et des communistes sur un programme anticorruption ("La marche pour les réformes") arrive en tête dans six des 18 provinces, dont Bagdad, et en deuxième position dans quatre autres.

Ses partisans, qui manifestent chaque semaine contre la corruption à travers le pays, se sont rassemblés dans la nuit dans le centre de Bagdad et dans leur fief, le quartier défavorisé de Sadr City, pour célébrer "la victoire sur les corrompus" et "une nouvelle étape pour le peuple irakien", comme l'a dit à l'AFP l'un d'eux, Zeid al-Zamili, 33 ans.

"La victoire de +La marche pour les réformes+ n'arrive pas par hasard, elle vient pour prouver le rejet de la corruption" au sein d'une classe politique inamovible depuis la chute en 2003 de Saddam Hussein, a affirmé à l'AFP Jabra al-Taï, candidate du mouvement.

Derrière, l'Alliance de la Conquête, une liste d'anciens commandants et combattants du Hachd al-Chaabi, prend la tête dans quatre provinces, dont la ville méridionale de Bassorah, et est en deuxième position dans huit autres.

M. Abadi est devancé dans toutes les provinces à l'exception de celle de Ninive, dont le chef-lieu est Mossoul, ex "capitale" de l'EI dont M. Abadi avait annoncé la "libération" mi-2017.

Dans un premier temps, différents responsables politiques avaient placé le Premier ministre sortant en tête, semblant indiquer qu'il conserverait son poste.

Cette possibilité existe toujours car le vote de près de 700.000 membres des forces de sécurité doit encore être dépouillé. De plus, dans un système calibré pour empêcher toute domination d'un parti, M. Abadi peut former une coalition gouvernementale qui lui garantirait un second mandat.

Durant la campagne, MM. Sadr et Abadi avaient laissé entendre qu'ils pourraient s'allier, alors qu'un accord entre les listes de MM. Abadi et Ameri a fait long feu en moins de 24 heures.

Pour ce premier scrutin postérieur à victoire sur l'EI, 44,52% des inscrits ont voté selon la commission électorale, la participation la plus basse depuis la chute de Saddam Hussein en 2003.

Indépendamment de leur province ou leur confession, ceux qui ont voté ont dit vouloir de "nouvelles têtes" pour amener du sang neuf dans une classe politique inamovible depuis 15 ans.

- Camouflet -

De façon générale, les électeurs ont infligé un camouflet à l'ensemble de la classe politique.

L'abstention a été telle qu'un candidat du Hachd est allé jusqu'à plaisanter sur le fait qu'il y avait "plus de participants pour décrocher les affiches de campagne (...) que pour voter".

"L'importante abstention résulte du fait que les politiques menées depuis 15 ans ne convainquent plus les électeurs", a souligné le politologue Amir al-Saadi.

"La plupart des programmes des partis politiques des législatures précédentes étaient très attrayants sur le papier, mais dans la pratique les promesses se sont envolées", a-t-il ajouté.

"On n'a plus confiance", a réagi Naufel Nafea, 24 ans, au chômage malgré son diplôme d'ingénieur pétrolier et qui n'a pas voté.

L'abstention a été moindre parmi les Kurdes et à Mossoul, nouvellement libérée du joug des jihadistes.

La liste du vice-président laïc Iyad Allawi, bien placée dans les régions sunnites, reste la première force représentant cette minorité.

Dans un pays où les jeunes représentent 60% de la population, ils ont été les grands absents du scrutin.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire