En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le problème de la Corée du Nord "sera traité", affirme Trump

Vendredi 14 avril 2017
Le problème de la Corée du Nord "sera traité", affirme Trump
Le leader nord-coréen Kim Jong-Un (c), accompagné du Premier ministre Pak Pong-Ju (d), inaugure un complexe résidentiel, le 13 avril 2017 à Pyongyang - ED JONES (AFP)

Un avertissement de plus. Donald Trump a de nouveau prévenu jeudi que les Etats-Unis allaient s'occuper du "problème" nord-coréen, avec ou sans la Chine, quarante-huit heures avant un anniversaire qui pourrait être marqué par un nouveau test nucléaire par Pyongyang.

Le régime communiste pourrait en effet profiter, selon de nombreux observateurs, du 105e anniversaire samedi de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays, pour marquer l'occasion par un nouveau tir de missile balistique ou même son sixième test nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.

"La Corée du Nord est un problème" qui "sera traité", a affirmé Donald Trump.

De nombreux signes laissent penser que le site d'essai nucléaire de Punggye-ri est prêt pour un nouveau test souterrain, selon des experts du site 38 North et selon plusieurs responsables américains cités mercredi par la radio Voice of America (VOA).

Selon ces derniers, la Corée du nord aurait "apparemment placé un engin nucléaire dans un tunnel" et pourrait être détoné samedi matin

Le président républicain répète inlassablement, depuis son élection, qu'il utiliserait toutes les options pour empêcher Pyongyang de se doter de missiles intercontinentaux capables d'exposer les Etats-Unis à une éventuelle frappe nucléaire, au risque d'une escalade militaire.

Pour l'heure Pyongyang ne semble avoir ni réussi à contruire des missiles d'une portée suffisante pour atteindre le territoire américain ni à intégrer un engin atomique sur un lanceur.

Donald Trump avait annoncé samedi l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, puis quelques jours plus tard avait évoqué une "armada" comprenant des sous-marins.

La démonstration de force américaine a appelé mardi la réponde du Nord, qui a dénoncé l'envoi "insensé" de ce groupe aéronaval et a prévenu qu'il était prêt pour la "guerre".

Les médias d'Etat nord-coréens ont affirmé que le numéro un du régime, Kim Jong-Un, avait en personne supervisé des manoeuvres militaires consistant dans le parachutage de commandos des forces spéciales qui sont tombés "comme la grêle" pour "aller détruire sans pitié des cibles ennemies".

- 'Ordres du parti' -

Peu avant sa nouvelle mise en garde jeudi à la Corée du Nord, le président américain, qui a déjà affirmé à plusieurs reprises être prêt à régler seul ce "problème", avait fait preuve d'optimisme, dans un tweet matinal.

"J'ai une grande confiance dans le fait que la Chine va très bien s'occuper de la Corée du Nord", a-t-il écrit. "S'ils ne peuvent pas, les Etats-Unis avec leurs alliés s'en chargeront!"

Washington considère que la Chine, alliée de la Corée du Nord, a les moyens de convaincre son voisin d'abandonner son programme nucléaire.

Cette poussée de fièvre n'était toutefois pas palpable jeudi matin à Pyongyang, où Kim Jong-Un, vêtu d'un costume sombre, a inauguré en grande pompe et dans une fraîcheur printanière un imposant complexe résidentiel fort de plusieurs gratte-ciels.

Il a ainsi coupé le ruban rouge du complexe de Ryomyong Street, qui rassemble plusieurs immeubles et tours abritant quelque 5.000 logements.

Le Premier ministre Pak Pong-Ju en a profité pour faire un éloge de Kim Jong-Un, avant d'expliquer que le projet constituait la démonstration de "l'esprit de dévouement de notre population et de notre armée à mettre en oeuvre, quoi qu'il arrive, les ordres du parti". Et surtout, pour parvenir à une "victoire contre les sanctions impérialistes".

Le nouveau complexe est sorti de terre non loin du Palais du Soleil Kumsusan, où repose notamment le corps de Kim Il-Sung.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3