En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le parlement catalan débattra samedi de l'investiture du successeur de Puigdemont

Vendredi 11 mai 2018
Le parlement catalan débattra samedi de l'investiture du successeur de Puigdemont
Le député Quim Torra participe à une réunion de son parti Ensemble pour la Catalogne au parlement catalan à Barcelone le 11 mai 2018 - Josep LAGO (AFP)

Le parlement de la Catalogne commencera samedi à débattre de l'investiture comme président régional de l'éditeur indépendantiste Quim Torra, que Carles Puigdemont a désigné pour lui succéder, a annoncé la chambre vendredi.

Après avoir consulté les différents partis, le président du parlement Roger Torrent a proposé officiellement la candidature de Joaquim --dit Quim-- Torra et convoqué le premier débat d'investiture pour "samedi à 12H00" (10H00 GMT), selon un communiqué.

Le dirigeant indépendantiste catalan Carles Puigdemont avait annoncé jeudi soir d'Allemagne qu'il renonçait à se faire réélire président de Catalogne et désigné ce nouveau venu en politique comme candidat à sa succession, dans la région du nord-est de l'Espagne.

Le nouveau député régional Quim Torra, 55 ans, considéré de l'aile dure de l'indépendantisme, devra présenter son programme dans l'hémicycle.

Mais il ne devrait pas être investi dès samedi, puisqu'il ne disposerait pas de la majorité absolue à la chambre de 135 députés. Un second débat devrait avoir lieu lundi, où il n'aurait besoin que de la majorité simple pour être investi.

Pour le moment, il peut en principe compter sur 66 votes favorables, de son groupe parlementaire conservateur indépendantiste Ensemble pour la Catalogne et de l'autre grande formation séparatiste, la Gauche républicaine (ERC), contre 65 dans l'opposition.

Pour passer à la majorité simple, il aura besoin de l'abstention des quatre élus de la CUP, formation indépendantiste d'extrême gauche qui ne voulait voter que pour M. Puigdemont mais révisera durant le weekend sa position.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire