France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L'ouragan Florence commence à battre la côte est américaine

Jeudi 13 septembre 2018
L'ouragan Florence commence à battre la côte est américaine
Des sacs de sable devant la porte d'une boutique de Myrtle Beach (Caroline du Sud) le 12 septembre 2018 - Alex Edelman (AFP)

Poussée par des rafales de vents, la houle commençait jeudi à battre le littoral de la côte atlantique des Etats-Unis à l'approche de l'ouragan Florence qui menace de déverser des pluies diluviennes et provoquer des inondations catastrophiques avec la brusque montée des eaux.

A la mi-journée, le vent et la pluie, prémisses de la forte tempête annoncée, balayaient les côtes de Caroline du Nord alors que la situation était encore relativement calme en Caroline du Sud.

Florence reste dangereux même s'il a été rétrogradé en catégorie 2, sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents violents calculés à 165 km/h, l'oeil de l'ouragan se trouvait à 180 km de Wilmington, sur la côte de Caroline du Nord, à 18H00 GMT selon l'institut météorologique.

Se dirigeant vers la côte à 17 km/h, il devrait encore ralentir sa course en approchant la côte puis dévier vers le sud en suivant le littoral. Il déchargera ses pluies torrentielles pendant de longues heures, accentuant le risque d'inondations, alors que son oeil devrait toucher la côte vendredi soir voire tôt samedi matin, selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) .

"Nous sommes totalement prêts pour l'ouragan Florence, tandis que la tempête grossit encore et est plus puissante. Soyez prudents!", a tweeté jeudi matin le président Donald Trump.

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l'abri loin du littoral. En Caroline du Nord, près de 17.000 foyers étaient déjà privés d'électricité dans l'après-midi alors que l'eau commençait à monter sur l'archipel des Outer Banks.

La station balnéaire de Wilmington a été vidée d'une partie de ses habitants. Ceux qui sont restés profitaient jeudi du calme relatif pour s'approvisionner. Une longue queue s'est ainsi formée dans la matinée devant une machine à glaçons. Ils serviront à conserver la nourriture quand l'électricité aura été coupée.

- "Ca ne suffira pas" -

"Elle fait de la glace de temps en temps mais ça ne durera pas. Elle n'est remplie qu'au quart mais ça suffira pour tout le monde", a expliqué à l'AFP Linda Lee, propriétaire de la machine. Elle vend ses sacs de 8 kg à deux dollars, rationnant à trois sacs maximum par acheteur.

Petra Langston, une infirmière, attend dans la queue. "Je n'ai pas de générateur, j'ai appris d'expérience qu'il fait garder la glace dans la machine à laver", explique-t-elle. La solidarité joue aussi à plein. N'ayant pas d'argent liquide, elle se fait payer sa glace par l'homme qui attend derrière elle.

A plusieurs centaines de kilomètres au Sud, l'immense plage de Myrtle Beach était encore praticable et certains habitants se promenaient sous le ciel laiteux. L'eau devrait monter entre 1,8 et 2,7 m au plus fort de la tempête, selon le NHC.

Rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées, la célèbre station balnéaire de Caroline du Sud était aussi transformée en ville fantôme et des équipes de sauveteurs s'affairaient aux préparatifs.

Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte est et les autorités avaient appelé la population à évacuer dès mardi. Pour ceux qui ont choisi de rester, plusieurs centres d'accueil ont été mis en place.

Avair Vereen et ses sept enfants, dont un bébé qu'elle nourrit au sein, ont trouvé refuge au lycée de Conway, à quelques kilomètres de Myrtle Beach dans les terres.

"Nous vivons dans un mobil-home donc on ne pouvait pas rester, car il est installé dans un parc ouvert et il n'y a rien pour stopper le vent et la pluie", a expliqué à l'AFP cette infirmière auxiliaire de 39 ans.

Rebecca Cheledlik, un retraitée de 71 ans, se dit heureuse de rencontrer ses nouveaux voisins. "Pour moi, c'est comme une fête, je vis seule alors ça ressemble à des vacances", sourit-elle.

- Inondations dangereuses -

Florence menace aussi l'intérieur des terres car, outre la hausse du niveau de l'océan, pouvant aller jusqu'à près de quatre mètres, il est gorgé d'eau et pourrait déverser jusqu'à un mètre de précipitations.

"Les inondations à l'intérieur des terres sont très meurtrières et c'est ce qui va arriver", a averti Brock Long, chef de l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema).

Avec en plus la montée de l'océan et les "inondations massives", des "effets catastrophiques seront ressentis au-delà du coeur de la tempête", a-t-il poursuivi en conférence de presse.

"L'infrastructure va être endommagée, le courant va être coupé", a aussi mis en garde Brock Long. "Cela pourrait durer des jours, voire plusieurs semaines".

Selon le fournisseur d'électricité Duke Energy, basé dans la région, entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline et les réparations pourraient durer plusieurs semaines. Près de 3.000 électriciens étaient arrivé jeudi en renfort de plusieurs Etats avoisinants pour rétablir le courant une fois l'ouragan passé, a indiqué la compagnie sur Twitter.

Près de 1.000 vols ont déjà été annulés à l'approche de l'ouragan, selon les médias américains.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire