En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

JO-2018: l'appel des 47 Russes rejeté, une décision qui "clarifie" les choses, pour le CIO

Vendredi 09 février 2018
JO-2018: l'appel des 47 Russes rejeté, une décision qui "clarifie" les choses, pour le CIO
Le 23 février 2014 Victor Ahn remportait la médaille d'or aux JO de Sotchi - ANTONIN THUILLIER (AFP/Archives)

L'appel des 47 Russes qui souhaitaient participer aux jeux Olympiques de Pyeongchang a été rejeté par le Tribunal arbitral du sport, a annoncé vendredi le TAS à quelques heures de la cérémonie d'ouverture des JO-2018.

Le Comité international olympique (CIO) a accueilli "avec satisfaction" une décision qui "appuie la lutte contre le dopage et clarifie les choses pour tous les athlètes".

Sans surprise, les Athlètes olympiques de Russie (OAR) se sont montrés plus sévères: "Il est dommage que la délégation ne soit pas plus grande", a regretté Konstantin Vybornov, chef de presse de l'OAR, précisant que le nombre de 168 athlètes présents à Pyeongchang était "définitif".

La chambre ad hoc du TAS, installée à Pyeongchang pendant la durée des Jeux, "a rejeté l'appel déposé le 6 février par 32 sportifs russes contre une décision du Comité international olympique" de ne pas les inviter, a déclaré devant la presse le secrétaire général du TAS Matthieu Reeb.

Le TAS a également "rejeté l'appel de 15 sportifs et entraîneurs russes déposé le 7 février", des sportifs et entraîneurs eux aussi soupçonnés d'avoir profité d'un vaste système de dopage institutionnalisé mis en place en Russie, et mis au jour par l'Agence mondiale antidopage avec l'aide de lanceurs d'alerte.

Pour le moment, 168 sportifs russes considérés comme "propres" par le CIO sont donc admis à participer aux JO sous la bannière olympique, en raison de la suspension du Comité olympique russe. Cette suspension décidée le 5 décembre fait suite à la mise au jour d'un vaste système de dopage institutionnalisé sur plusieurs années en Russie, notamment lors des JO de Sotchi-2014.

Parmi ces 47 Russes dont l'appel a été rejeté, on trouve Viktor Ahn, né Sud-Coréen et devenu Russe juste avant Sotchi-2014. Sa présence aux JO-2018 en aurait fait une des grandes stars du rendez-vous.

Anton Shipulin, l'un des meilleurs biathlètes du monde, y figure également. Rival du Français Martin Fourcade, Shipulin a régulièrement figuré dans le Top 5 du classement général de la Coupe du monde.

Evgeniy Garanichev, autre biathlète, a remporté la médaille de bronze sur l'épreuve de l'Individuelle à Sotchi.

Egalement dans cette liste la patineuse Ksenia Stolbova, vice-championne olympique en couple en 2014, ou encore le champion olympique de ski de fond sur 50 km à Sotchi, Alexander Legkov.

Les 47 Russes ont également déposé un recours devant le tribunal d'arrondissement de Lausanne (Suisse), siège du CIO et du TAS, afin d'obtenir des mesures d'urgence, ultime et infime espoir pour eux d'être invités aux JO, a appris l'AFP vendredi d'une source proche du CIO.

"Ce tribunal, saisi en urgence, doit tenir une audience dans l'après-midi" vendredi, a ajouté cette source.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire