En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Israël lance une attaque d'envergure contre des cibles "iraniennes" en Syrie

Samedi 10 février 2018
Israël lance une attaque d'envergure contre des cibles "iraniennes" en Syrie
Les débris d'un avion de combat israélien F-16 qui s'est écrasé dans le Kibboutz de Harduf dans le nord d'Israël, après avoir essuyé des tirs lors de raids contre des cibles en Syrie, par la défense antiaérienne syrienne, le 10 février 2018 - Jack GUEZ (AFP)

Israël a mené samedi une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi "iraniennes" et perdant un de ses avions au cours du plus sévère accès de tensions impliquant les trois pays depuis des années.

Ces violences, dans lesquelles un pilote israélien a été grièvement blessé, constituent la plus sérieuse confrontation entre Israël et l'Iran depuis 2011 et le début de la guerre en Syrie. C'est aussi la première fois depuis longtemps - 30 ans selon le quotidien israélien Haaretz - qu'Israël perd un F-16 au combat.

Ces hostilités interviennent sur fond de crispations grandissantes coïncidant avec le cours pris par le conflit syrien en faveur du régime de Bachar al-Assad, un ennemi d'Israël soutenu militairement par la Russie, mais aussi par deux autres bêtes noires de l'Etat hébreu, l'Iran et le Hezbollah libanais.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit ne pas chercher l'escalade, mais a prévenu qu'il ne permettra aucun "ancrage" militaire de l'Iran à ses portes, en Syrie.

Washington, allié historique d'Israël, a déclaré soutenir "fermement le droit souverain d'Israël à se défendre", le département d'Etat dénonçant également "les activités nuisibles de l'Iran dans la région".

Moscou, allié du régime de Damas, a exprimé sa "profonde inquiétude", tout en jugeant "inacceptable" la mise en danger des soldats russes présents sur le terrain.

L'accès de fièvre a été provoqué avant l'aube par l'intrusion dans l'espace aérien israélien d'un drone iranien lancé de Syrie, affirme l'armée israélienne. Elle dit avoir entre les mains les débris de l'engin et a publié une vidéo d'un véhicule en Syrie participant à son lancement.

Le commandement conjoint des forces alliées au régime syrien - dont l'Iran et le Hezbollah - a démenti dans un communiqué toute violation de l'espace aérien israélien. L'Iran a qualifié les affirmations israéliennes de "ridicules".

Le drone, suivi par la surveillance israélienne depuis son lancement d'une "base iranienne" proche de Palmyre (centre) en Syrie, a été abattu au-dessus de la vallée du Jourdain, a précisé l'armée israélienne.

- Violation 'flagrante' -

En représailles, huit appareils israéliens ont attaqué des éléments du système de lancement du drone, selon le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne. Ils ont atteint leur cible mais ont essuyé un tir de barrage "massif" de la DCA syrienne.

Un F-16 s'est écrasé en territoire israélien, le lieutenant-colonel Conricus reconnaissant que la chute de l'appareil était probablement liée aux tirs syriens.

Les deux pilotes se sont éjectés. Ils ont été récupérés et hospitalisés, a dit l'armée. L'un d'eux est dans un état grave, l'autre légèrement blessé.

L'aviation israélienne a lancé une seconde vague de raids, une attaque "de grande envergure", frappant 12 objectifs, dont trois batteries de défense anti-aériennes et quatre cibles "appartenant au dispositif militaire iranien en Syrie".

A Damas, l'agence de presse officielle Sana a affirmé que la DCA avait repoussé les avions israéliens et en avait touché "plus d'un", faisant état de raids contre des installations militaires près de Damas, dans le centre et le sud du pays.

L'intrusion du drone constitue "la violation la plus flagrante et la plus grave de la souveraineté israélienne de la part de l'Iran ces dernières années, c'est pourquoi la riposte israélienne est aussi forte", a indiqué le lieutenant-colonel Conricus.

- 'Les règles du jeu' -

Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël veille à ne pas être aspiré dans le conflit, mais a frappé des dizaines d'objectifs, positions du régime syrien ou convois d'armes à destination du Hezbollah.

L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies Danny Danon a appelé samedi "le Conseil de sécurité à (...) faire cesser immédiatement les provocations iraniennes."

M. Netanyahu s'emploie ardemment à pousser la Russie, acteur clé du conflit syrien, à contenir les agissements de Téhéran. Le mois dernier à Moscou, il a souligné devant le président Vladimir Poutine le danger selon lui de voir l'Iran prendre pied militairement en Syrie.

La confrontation de samedi avec la perte de l'avion israélien adresse un "message clair" de la part de l'Iran: Israël "n'est plus libre d'opérer comme il l'entend en Syrie", a dit un ancien porte-parole de l'armée israélienne, Peter Lerner.

Le Hezbollah libanais a salué en fin de journée "le début d'une nouvelle ère stratégique, qui met un terme à la violation de l'espace aérien et du territoire syriens".

Ofer Zalzberg, analyste au centre de réflexion International Crisis Group, dit croire que cet incident "devrait rester contenu". Ces accrochages "signalent une nouvelle phase" du conflit syrien dans laquelle le régime et ses alliés ont le dessus et pensent "pouvoir se montrer plus audacieux envers Israël".

En fait, chacun essaie "graduellement de renégocier les règles du jeu syrien", dit-il à l'AFP.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire