France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Indonésie: près de 2.000 corps découverts, les recherches se termineront jeudi

Lundi 08 octobre 2018
Indonésie: près de 2.000 corps découverts, les recherches se termineront jeudi
Une femme dans les décombres de la maison à Palu dans les Célèbes le 8 octobre 2018 - MOHD RASFAN (AFP)

Le bilan du séisme, suivi du tsunami, qui a ravagé l'île indonésienne des Célèbes a été porté à près de 2.000 morts, ont annoncé lundi les autorités locales. Les sauveteurs recherchent dans un dernier effort, avant un point final prévu jeudi, des corps de victimes qui pourraient encore être des milliers sous les décombres.

Le bilan macabre des corps découverts à Palu, ville de 350.000 habitants sur la côte occidentale de l'île, et ses environs, dévastés par un séisme de magnitude 7,5 suivi d'une vague meurtrière le 28 septembre, a été légèrement relevé lundi.

"Ce matin le bilan est de 1.948 morts", a indiqué Achmad Djamaluddin, un responsable de la distribution de l'aide auprès du ministère de la Sécurité, au cours d'un point presse.

Mais ce chiffre devrait encore monter. Les autorités ont indiqué dimanche craindre que jusqu'à 5.000 personnes soient disparues, prisonnières des décombres.

Il n'y a quasiment plus d'espoir de retrouver des survivants à présent et les efforts se concentrent désormais sur la récupération des corps et leur comptage.

L'agence de gestion des catastrophes a indiqué que les recherches se poursuivraient jusqu'au 11 octobre, date à laquelle les disparus seront considérés comme présumés morts.

- Fin des recherches à l'hôtel Roa Roa -

A l'hôtel Roa-Roa, réduit à un tas de débris par le séisme, les sauveteurs ont mis fin à leurs recherches. Sept survivants ont été retirés des décombres dans les quelques jours ayant suivi le séisme, mais ensuite seuls des corps sans vie ont été récupérés, 27 au total.

"L'équipe de sauveteurs de l'hôtel Roa-Roa a cessé le travail, parce que nous avons fouillé l'hôtel dans son intégralité sans trouver de nouvelles victimes", a indiqué à l'AFP Bambang Suryo, responsable du service à Palu.

Parmi les victimes de ce site se trouvaient cinq sportifs venus pour une compétition de parapente, dont un Sud-Coréen, le seul étranger connu victime de cette catastrophe à ce jour.

Le gouvernement envisage de laisser en l'état deux localités proches de Palu, Petobo et Balaroa, qui ont été anéanties dans la catastrophe. Les survivants de ces communautés meurtries devraient décider s'ils veulent en faire des sépultures collectives, y ériger un monument ou de les transformer en espaces verts.

La perspective de l'arrêt des recherches désole Halimah Ariav Kobo, dont la fille de 25 ans, Ummu Kalsum, a disparu à Balaroa, un vaste complexe de logements sociaux quasiment englouti par la boue.

Accroupie sur les débris, là où se trouvait la maison de sa fille, elle désigne une flaque d'eau noire et de béton fragmenté à l'endroit où elle pense que le corps de sa fille est enseveli. Les sauveteurs ont fouillé la zone trois fois sans trace de sa fille, ni de son époux, avec qui elle s'était mariée il y a deux mois.

"Si cet endroit est rasé et devient un cimetière, que deviendront les corps qui n'ont pas été dégagés?", s'angoisse-t-elle. "J'espère retrouver mon enfant (...) la ramener à la maison et l'enterrer décemment. Je suis une mère et je ne quitterai pas cet endroit avant que les recherches soient finies".

Même détresse chez Gopal, qui cherche des signes de son oncle et sa tante dans les débris : "Même s'ils arrêtent, nous continuerons les recherches nous-mêmes", assure-t-il.

Une grande partie de ce quartier de Palu s'est enfoncée dans la terre comme aspirée, quand les secousses telluriques ont transformé le sol en sables mouvants, un processus connu sous le nom de liquéfaction.

Sarjono, un habitant de Balaroa est d'accord pour abandonner la zone où de nombreux corps de victimes devraient restés ensevelis "mais seulement si on nous reloge. Sinon où va-t-on vivre?", demande-t-il.

- L'aide humanitaire se déploie -

Quelque 200.000 personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire dans la région. La nourriture et l'eau potable manquent et de nombreuses victimes qui ont tout perdu dépendent de l'aide pour survivre.

L'aide humanitaire commence à être déployée plus largement alors que des ONG et l'armée parviennent petit à petit à surmonter les obstacles logistiques.

Mais dans les zones les plus reculées, l'étendue des dégâts reste inconnue et les premiers hélicoptères parviennent tout juste à amener des vivres et du matériel.

La Croix-Rouge a estimé lundi avoir soigné plus de 1.800 personnes dans ses cliniques et apporté des premiers secours à un nombre équivalent de victimes.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3