En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Indiens et Pakistanais suffoquent dans un brouillard de pollution

Mercredi 08 novembre 2017
Indiens et Pakistanais suffoquent dans un brouillard de pollution
Un homme à vélo dans une rue de New Delhi pendant un pic de pollution, le 8 novembre 2017 en Inde - SAJJAD HUSSAIN (AFP)

De New Delhi en Inde à Lahore au Pakistan, des dizaines de millions de personnes suffoquaient mercredi dans un épais brouillard polluant ayant recouvert le nord du sous-continent indien, un danger récurrent pour la santé publique.

Le toxique rideau gris tombé sur cette région de plaines met en question la durabilité des modes de vie humains dans des zones aussi peuplées. Et ce à l'heure où l'empreinte de l'homme sur la planète bleue est au cœur de la COP23 qui se déroule actuellement en Allemagne.

Cette atmosphère invivable résultait d'une conjonction de brûlis agricoles et d'émissions urbaines et industrielles. Pour ne rien arranger, les conditions météorologiques (vent faible, arrivée du froid, humidité) empêchaient la dissipation des polluants et laissaient augurer d'un reste de semaine irrespirable.

Mercredi après-midi, une brume lumineuse emprisonnait l'étendue urbaine de New Delhi: l'air était sensiblement lourd à respirer, d'une toxicité équivalente à deux paquets de cigarettes par jour d'après les experts.

Face à l'urgence, les autorités locales ont décrété la fermeture de tous les établissements scolaires pour le reste de la semaine. Cinq millions d'écoliers resteront chez eux jusqu'à dimanche au moins.

Dans les rues de cette mégapole d'une vingtaine de millions d'habitants, certains piétons se protégeaient vainement de cet air toxique en se nouant un vêtement ou un chiffon sur le visage.

À Khan Market, l'un des rares magasins de masques de protection de la capitale était en rupture de stock mercredi, a constaté l'AFP. Sur une pelouse du centre de Delhi, des groupes de jeunes gens s'entraînaient comme d'habitude au cricket, apparemment insouciants de la pollution.

"Nous les Indiens, nous ne nous inquiétons pas de ces choses-là. Nous sommes des personnes spirituelles, nous aimons le yoga, la méditation et cela enlèvera (la pollution) de notre corps", assurait Pushkal Rai, 27 ans, la bouche tout de même protégée par un foulard.

Le nuage pollué ignorait les frontières tracées par les hommes.

Hospitalisations massives, entreprises fermées, avions annulés, horaires décalés dans les écoles: de l'autre côté des barbelés, au Pakistan, Lahore était également piégée dans ce brouillard polluant.

Dans l'hôpital Mayo, l'un des plus grands de la ville, des patients attendaient un traitement assis sur des brancards. Plusieurs sexagénaires, allongés, respiraient dans un masque à oxygène.

Le nombre de patients a "quadruplé" pour "les problèmes oculaires, les infections respiratoires et l'asthme" liés à la brume maronnâtre, a observé le docteur Irshad Hussain.

- 'Tueur silencieux' -

En Inde aussi bien qu'au Pakistan, les concentrations de particules en suspension pulvérisaient les plafonds recommandés pour la santé.

Ainsi, vers à 16h00 locales (07H30 GMT), le compteur de l'ambassade américaine de New Delhi affichait un niveau démentiel de particules ultra-fines (PM2,5), à 1010 microgrammes par mètre cube d'air (?g/m3).

Pour Lahore, le compte Twitter @LahoreSmog faisait lui état d'une présence d'environ 600 ?g/m3. L'OMS recommande de ne pas dépasser 25 en moyenne journalière pour la santé.

Les épisodes de "smog" sont récurrents en automne et hiver à New Delhi que l'OMS a classée en 2014 comme ville la plus polluée au monde.

"La situation actuelle est impropre à la vie humaine", s'est alarmé le docteur Arvind Kumar du Sir Ganga Ram Hospital de New Delhi.

Le froid et l'absence de vent plaquent au sol les émissions polluantes des véhicules, usines et centrales, les empêchant de se disperser.

Ces particules en suspension accentuent les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer des poumons. Les plus petites d'entre elles (PM2,5), grandes comme un trentième d'un diamètre de cheveu humain, parviennent à s'infiltrer dans l'organisme et le sang, à travers les poumons.

"La pollution atmosphérique est un tueur silencieux. Vous ne le voyez pas. Il ne se montrera pas maintenant, il se montrera dans quelques mois, quelques années, mais il réduit progressivement votre espérance de vie", a expliqué le docteur Kumar.

La pollution est un problème de santé publique majeur pour l'Inde, nation de 1,25 milliard d'habitants en plein développement et aux besoins de croissance immenses.

En 2015, la contamination atmosphérique, terrestre et aquatique était présumée responsable de 2,5 millions de décès dans ce pays, plus lourd bilan humain de la planète, a estimé une récente étude publiée dans la revue The Lancet.

burs-amd-jf/ces

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3