En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Gaza: "huit enfants de moins de 16 ans" parmi les morts

Lundi 14 mai 2018
Gaza: "huit enfants de moins de 16 ans" parmi les morts
Un Palestinien blessé par des tirs israéliens est évacué par d'autres manifestants, le 14 mai 2018 dans la bande de Gaza, à la frontière avec Israël - MAHMUD HAMS (AFP)

Les tirs israéliens lundi dans la bande de Gaza ont tué "huit enfants de moins de 16 ans" parmi les dizaines de civils palestiniens abattus, a affirmé Riyad Mansour, ambassadeur palestinien à l'ONU, lors d'une conférence de presse.

"Plus de 2.000 (Palestiniens) ont été blessés", a-t-il ajouté.

"Nous condamnons dans les termes les plus forts ces atrocités par les forces israéliennes d'occupation, qui ont utilisé une forte puissance de feu contre des civils qui ont le droit de manifester pacifiquement et qui l'ont fait", a aussi affirmé le diplomate.

Peu après qu'il se soit exprimé, le bilan est passé à 52 morts.

"Nous demandons à ce que ces actions soient arrêtées immédiatement et que les responsables du côté israélien soient traduits en justice", a aussi déclaré M. Mansour.

Il a précisé que son collègue basé à l'ONU à Genève essayait d'obtenir de son côté une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme des Nations unies pour déclencher une enquête indépendante sur les évènements survenus lundi à Gaza.

"Ce massacre s'est tenu au moment où les Etats-Unis ouvraient de manière illégale, unilatérale et provocatrice leur ambassade" à Jérusalem. "Il est vraiment tragique qu'ils célèbrent une action illégale au moment où Israël tue et blesse des milliers de civils palestiniens", a estimé le diplomate.

"Nous utiliserons tous nos droits au Conseil de sécurité pour le voir endosser ses responsabilités pour arrêter ce massacre, le condamner et traduire ses responsables en justice", a aussi souligné Riyad Mansour.

Les nouveaux décès palestiniens font de lundi la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de l'été 2014 dans l'enclave palestinienne.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3