En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Feu vert de l'Inde à l'achat de 36 Rafale à la France

Mercredi 21 septembre 2016
Feu vert de l'Inde à l'achat de 36 Rafale à la France
Trois avions français de défense Rafale volant le 27 septembre 2015 vers la Syrie - - (ECPAD / EMA / ARMEE DE L'AIR/AFP/Archives)

Le gouvernement indien a approuvé mercredi soir l'achat à la France de 36 avions de combat Rafale du groupe Dassault, plus grosse commande à l'exportation pour l'avion de combat français.

Au terme de presque un an et demi de rudes négociations entre Paris et New Delhi, le feu vert du gouvernement de Narendra Modi met fin à ce feuilleton commercial de longue haleine au centre des relations entre les deux pays.

"Le contrat a été approuvé au cours d'une réunion ce soir. Il sera formellement signé par le ministre français de la Défense et son homologue indien le 23 septembre à New Delhi", a déclaré un responsable du ministère de la Défense indien sous couvert d'anonymat à l'AFP.

Si ni les autorités françaises ni Dassault ne se sont exprimées sur cette annonce, l'Élysée a en revanche confirmé par communiqué la venue vendredi à New Delhi de Jean-Yves Le Drian.

Après des débuts difficiles à l'exportation, le Rafale avait trouvé preneur en 2015 au Qatar et en Egypte. Chacun avait acquis 24 appareils.

Les détails du volumineux accord, notamment le prix et la gamme complète des armements achetés, "ne seront rendus publics qu'après la cérémonie de signature", a indiqué le responsable indien.

Selon l'agence Press Trust of India, l'Inde débourserait au total 7,9 milliards d'euros pour ce contrat.

- Saga du Rafale en Inde -

Cet accord reste toutefois modeste en comparaison de ce qui avait été qualifié au départ de "contrat du siècle".

La démocratie la plus peuplée du monde avait à l'origine lancé un appel d'offres pour 126 avions de combat, pour lesquels elle était entrée en négociations exclusives avec Dassault en 2012.

Mais la commande n'avait jamais vu le jour. New Delhi exigeait en effet d'importants transferts de technologies, dans le but de dynamiser son industrie locale, ce qui aurait engendré d'importants surcoûts.

Arrivé au pouvoir en 2014 à la faveur de l'alternance politique, le nouveau Premier ministre indien avait acté l'échec des tractations et annulé la procédure.

A l'occasion d'un déplacement à Paris en avril 2015, Narendra Modi avait alors annoncé l'intention de son gouvernement d'acheter 36 Rafale prêts à voler, négociés dans le cadre d'un accord d'Etat à Etat.

- Demandes militaires -

L'arrivée des avions de chasse français devrait soulager en partie l'armée indienne, qui dénonce de longue date un équipement insuffisant selon elle pour se montrer à la hauteur des défis géopolitiques de la région.

Outre la vieille inimitié avec le voisin pakistanais depuis l'indépendance, l'Inde est confrontée à la montée en puissance et l'affirmation de la Chine sur le continent asiatique.

"C'est un contrat qui aurait dû être bouclé beaucoup plus tôt. Le Rafale bat tous les autres avions de combat dans la région", s'est enthousiasmé Manmohan Bahadur, un vice-maréchal de l'armée de l'air retraité joint par l'AFP.

L'achat de ces Rafale va permettre à New Delhi de moderniser sa flotte aérienne vieillissante, pour beaucoup composée d'appareils russes en fin de vie.

Mais cette commande ne palliera pas entièrement les besoins de son armée de l'air. En 2015, elle ne comptait que 35 escadrons de 18 appareils, quand elle estimait en avoir besoin d'au moins 42.

- Un premier pas ? -

"L'armée indienne a de très lourds besoins de modernisation", explique Corentin Brustlein, responsable des études de sécurité à l'Institut Français des relations internationales (IFRI).

"Au-delà de la vente de ces 36 (Rafale), il y a la perspective d'un contrat de dimension encore plus importante qui ferait vivre Dassault pendant beaucoup plus d'années", souligne-t-il.

Par le passé, des dirigeants de l'avionneur ont clairement exprimé leur souhait que ce contrat ne soit qu'un premier pas, ouvrant la porte à de nouvelles opportunités en Inde.

Les exportations d'armements français avaient atteint un record de 16,9 milliards d'euros en 2015, soit plus du double de l'année précédente, grâce aux premiers contrats de vente du chasseur Rafale à l'étranger.

Ce contrat devrait donner un coup de fouet aux échanges commerciaux entre la France et l'Inde. En 2014, dernière année pour laquelle des statistiques étaient disponibles, ceux-ci s'élevaient à 7,9 milliards d'euros.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire