En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Espagne: Zidane, 40 fois invaincu

Jeudi 12 janvier 2017
Espagne: Zidane, 40 fois invaincu
Zinédine Zidane, le 12 janvier à Séville lors du 8e de finale de la Coupe du Roi FC - Real Madrid - CRISTINA QUICLER (AFP)

Quarantième retentissante pour Zinédine Zidane! Son Real Madrid a arraché le nul 3-3 jeudi à Séville grâce à Karim Benzema, accédant aux quarts de la Coupe du Roi et établissant un nouveau record d'invincibilité en Espagne avec cette 40e rencontre d'affilée sans défaite.

Avec une égalisation in extremis, l'entraîneur français est entré dans l'histoire du football espagnol en effaçant la précédente série record, propriété du FC Barcelone de Luis Enrique depuis la saison dernière (39 matches toutes compétitions confondues).

Pour entrer dans la légende, il fallait bien un match haletant comme celui de jeudi soir au stade Sanchez-Pizjuan, où le Real a été mené 1-0, puis 3-1, et a sauvé son invincibilité sur un but de Benzema dans le temps additionnel (90e+3).

L'équipe de Zidane, même sans plusieurs cadres ménagés comme Cristiano Ronaldo, a montré des qualités mentales incroyables pour résister aux déferlantes sévillanes, concrétisées sur des buts de Danilo contre son camp (10e), Stevan Jovetic (54e) et Vicente Iborra (78e).

Pris à la gorge, le Real a néanmoins réussi à marquer sur une folle chevauchée de Marco Asensio (48e), puis sur un penalty de Sergio Ramos (83e) tiré en panenka, et enfin sur l'ultime déboulé de Benzema.

Grâce à la large victoire 3-0 acquise à l'aller, voilà les Madrilènes qualifiés pour les quarts de la Coupe du Roi. Le tirage aura lieu vendredi midi et les invincibles de Zidane affronteront l'une de ces équipes: l'Atletico Madrid, le FC Barcelone, Eibar, la Real Sociedad, Alaves, le Celta Vigo ou le petit poucet Alcorcon, ultime rescapé de la 2e division.

- Avertissement sans frais -

Le match nul de jeudi, aux airs de divine surprise, est aussi un avertissement sans frais pour les Madrilènes, qui affronteront à nouveau les Sévillans dimanche dans un choc entre les deux premiers de la Liga.

Si Séville joue aussi intensément, aussi passionnément ce week-end, la série d'invincibilité du Real pourrait bien vaciller à nouveau.

Portés par leur public, les Andalous ont longtemps entretenu jeudi le rêve d'une fantastique "remontada" (remontée) pour effacer la lourde défaite concédée à l'aller. Par malheur pour le Real, c'est le défenseur merengue Danilo qui a ouvert le score d'une tête plongeante impeccable... mais contre son camp (10e).

De quoi récompenser la débauche d'énergie initiale de Séville. Dans ce match d'une rare intensité, les hommes de l'intenable entraîneur argentin Jorge Sampaoli se sont jetés comme des morts de faim sur chaque ballon, parvenant à alerter rapidement leurs attaquants et à multiplier les occasions (6e, 28e, 29e).

- Benzema sauve 'Zizou' -

Mais à partir à l'abordage, les Sévillans se sont exposés aux contres. Au retour des vestiaires, Asensio a ainsi donné une grande bouffée d'oxygène à son équipe: parti de sa propre surface, le tout jeune milieu offensif (20 ans) s'est échappé, a réussi un grand pont et est allé conclure entre les jambes du gardien (48e).

Alors, le scénario est devenu fou: pour son premier match avec Séville, la recrue Stevan Jovetic a marqué d'une belle volée (54e), puis Vicente Iborra a entretenu un fol espoir en se jetant pour inscrire le but du 3-1 (78e).

Mais Sergio Ramos a réduit l'écart sur penalty, non sans s'accrocher verbalement avec le public de son ancien club, et c'est finalement Benzema, entré en cours de jeu (76e), qui a sauvé la série d'invincibilité de "Zizou", son "grand frère".

Le Real de Zidane n'a plus perdu depuis avril 2016. Et à chaque match, cette même question: jusqu'où ira-t-il ?

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire