En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Coupe Davis: malgré Noah, la disette continue

Dimanche 18 septembre 2016
Coupe Davis: malgré Noah, la disette continue
Le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah lors de la demi-finale face à la Croatie, le 18 septembre 2016 à Zadar - ANDREJ ISAKOVIC (AFP)

La présence de Yannick Noah sur la chaise n'y a rien changé: pour la quinzième saison d'affilée, les Français ne ramèneront pas la Coupe Davis dans l'Hexagone, après leur échec face à la Croatie en demi-finale, dimanche à Zadar.

Le "charisme" et la "passion" du capitaine, encore évoqués par Richard Gasquet à la suite de sa défaite dans le quatrième match décisif, n'ont pas suffi. Le Biterrois a été balayé par Marin Cilic en trois sets 6-3, 6-2, 7-5.

Rappelé à l'automne pour un troisième mandat, en remplacement d'Arnaud Clément, Noah faisait figure d'homme providentiel. Mais le bilan de sa première campagne est maigre: deux succès sur de faibles adversaires, le Canada sans Milos Raonic et la République tchèque sans Tomas Berdych, et une défaite cuisante en Croatie. On se souviendra surtout qu'il a convaincu la Fédération d'organiser pour la première fois une rencontre Outre-Mer, en Guadeloupe.

Bien sûr, les Français n'ont pas été épargnés par la malchance. Alors qu'ils partaient favoris à Zadar, ils ont perdu coup sur coup sur blessure leurs deux meilleurs atouts, Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils, ce dernier l'avant-veille du match.

"Perdre Jo et Gaël à trois jours d'intervalle nous a fait mal. Ils étaient tous les deux en quart de l'US Open et en grande forme. Gaël était peut-être le seul à pouvoir aller chercher Cilic", a souligné le Biterrois.

- Gasquet "pas au top" -

Avec les moyens du bord, l'inexpérimenté Lucas Pouille et un Richard Gasquet à la recherche de sa meilleure forme en simple, il n'y avait plus qu'un trou de souris pour passer et force est de constater que "l'effet Noah" tant espéré n'a pas bouleversé l'implacable logique sportive.

Il n'a pas pu compenser le manque criant de confiance et de rythme de Gasquet, propulsé leader après les forfaits de Tsonga et Monfils alors qu'il n'était au départ même pas dans l'équipe après un été pourri par les pépins physiques.

Le Biterrois a été écrasé en un peu plus de deux heures par le N.11 mondial, ancien champion de l'US Open en 2014 et revenu à un excellent niveau cette saison. Le grand Croate (1,98 m) l'a assommé au service (14 aces) et en coup droit (12 gagnants). Jamais Gasquet n'a pu le déstabiliser.

"Ce n'est pas pour rien que j'étais remplaçant. Je n'étais pas au top du tout. J'ai un déficit de préparation et de matches de ce niveau-là", a reconnu le Français, très abattu.

Le tournant du week-end a été la défaite dans le double, samedi, de la paire Pierre-Hugues Herbert/Nicolas Mahut, pourtant N.1 mondiale, face à Ivan Dodig et Marin Cilic.

Ce dernier, vainqueur de deux simples et du double, a été le grand artisan de la victoire croate. Preuve que pour briller en Coupe Davis, il reste plus profitable d'avoir un vrai cador, même en un seul exemplaire, plutôt qu'un grand capitaine et plusieurs joueurs simplement bons.

La Croatie disputera sa deuxième finale de Coupe Davis, onze ans après son seul succès. En 2005, Ivan Ljubicic et Mario Ancic étaient allés gagner en Slovaquie.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire