En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

C3: Nice chute à Schalke et quitte l'Europa League par la petite porte

Jeudi 24 novembre 2016
C3: Nice chute à Schalke et quitte l'Europa League par la petite porte
Des joueurs de Nice réagissent après la défaite 2-0 face à Schalke, le 24 novembre 2016 à Gelsenkirchen - PATRIK STOLLARZ (AFP)

Une bourde monumentale du gardien Yoan Cardinale et un penalty, et Nice, battu 2-0 à Schalke lors de la 5e journée de l'Europa League, a définitivement dit adieu à la C3 pour cette saison, après quatre défaites en cinq matches.

Leader du Championnat de France mais dernier de son groupe en Europe, Nice devait s'imposer à Schalke et espérer que Krasnodar ne fasse pas de même à domicile contre Salzbourg pour avoir une petite chance d'atteindre les 16e de finale.

A vrai dire, les deux entraîneurs Lucien Favre et Markus Weinzierl n'avaient pas investi très lourdement sur ce match. Déjà assuré de la première place du groupe, Schalke s'alignait avec une équipe fortement remaniée, amputée notamment de deux des piliers de la défense, les internationaux allemand Benedikt Höwedes et serbe Matija Nastasic.

"Les chances de qualification ne sont pas très grandes", avait de son côté admis l'entraîneur des Aiglons, qui avait laissé au repos pas moins de sept des vainqueurs de Saint-Etienne samedi (1-0). Déjà privé sur blessure de Mario Balotelli et du capitaine Paul Baysse, il était clair que Nice n'avait pas mis toutes les chances de son côté.

La dynamique était en outre du côté des Allemands, invaincus depuis septembre avec huit victoires et deux nuls pour leurs dix dernières sorties, alors que Nice n'a jamais réussi à se hisser au niveau de la compétition européenne cette saison.

C'est pourtant Nice qui se montrait le plus au début, tirant au but par Donis (7e), Bodmer (8e), ou Dalbert (26e).

- La bourde de Cardinale -

Mais le tournant du match survenait avant même le premier quart d'heure. A la 13e minute, Donis adressait un superbe tir enroulé de 20 mètres qui frappait la barre de Fährmann, battu. Mais sur le contre de Schalke, Cardinale échappait un ballon apparemment anodin dans les pieds de l'international ukrainien Konopljanka, qui n'avait qu'à prolonger dans le but (1-0, 14e).

Nice montrait bien ensuite quelques velléités de construire, mais les contres ou les attaques placées de Schalke étaient nettement plus incisifs, mettant plusieurs fois en danger l'arrière garde azuréenne, comme par ce tir de Reese sur l'extérieur du poteau à la 54e minute, ou cette balle de Bentaleb détournée en corner du bout des doigts par Cardinale (72e).

En fait, les Niçois n'ont presque jamais donné l'impression de pouvoir revenir, dans un match sans rythme et sans véritable passion. Et l'entrée d'Eysseric (65e), le buteur contre Saint-Etienne, à la place de Belhanda, n'a pas bouleversé l'équilibre de la partie, même si Pléa se créait la meilleure occasion française à un quart d'heure de la fin.

A la 80e minute, Koziello provoquait un pénalty transformé par Aogo (2-0), la messe était dite, et le dernier tir de Donis à la 90e minute, détourné par le gardien de Schalke Fährmann, ne changeait rien à l'affaire.

Nice mettra donc un terme à son aventure européenne le 8 décembre à domicile contre Krasnodar. L'occasion de venger, pour l'honneur seulement, le cinglant 5-2 encaissé à l'aller en Russie.

"On touche la barre avant le premier but, Schalke, c'est une équipe qui a l'habitude de jouer la Ligue des champions, a réagi le défenseur niçois Arnaud Souquet, interrogé par le diffuseur beIN Sports. "On n'a pas démérité et on a manqué un peu d'efficacité en première période, en seconde c'était plus difficile, ils étaient à domicile, avec le public qui poussait, une super ambiance... C'est difficile, voilà. On savait que ça faisait longtemps que le club n'avait pas été dans cette compétition, même s'il a fait venir des cadres comme Dante, qu'il y a des gens comme Valentin Esseyric ou Mathieu Bodmer qui ont l'habitude de la jouer, on voit qu'on est à un niveau en dessous. On va tout faire pour revenir le plus vite possible même si c'est un niveau au dessus de la Ligue 1, et maintenant on va essayer de se concentrer sur le championnat et sur les autres coupes."

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire