En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Ultime débat de la primaire: un plan média digne d'une présidentielle

Mercredi 23 novembre 2016
Ultime débat de la primaire: un plan média digne d'une présidentielle
Photomontage fait le 21 novembre 2016 de photo d'Alain Juppé (g) et François Fillon, candidats à la primaire de droite - Christophe ARCHAMBAULT (AFP/Archives)

Le débat Juppé-Fillon jeudi soir, ultime affrontement de la primaire de la droite, sera coorganisé et codiffusé par TF1, France 2 et France Inter, un dispositif digne d'une élection présidentielle.

A 20H55, les deux candidats, debout derrière leur pupitre, face à un public de 60 personnes répondront pendant 1h40 aux questions de Gilles Bouleau (TF1), David Pujadas (France 2) et Alexandra Bensaid, qui présente "On n'arrête pas l'éco" sur France Inter.

Les émissions conjointes de TF1 et France 2, les deux principales chaînes françaises, sont tout à fait exceptionnelles : hormis les interventions présidentielles du 14 juillet, l'un des derniers cas en date a été le débat Hollande-Sarkozy de mai 2012, entre les deux tours de la présidentielle (18 millions de téléspectateurs).

Le débat final des premières primaires de la gauche en 2011, entre François Hollande et Martine Aubry, n'était passé que sur France 2.

François Fillon et Alain Juppé auront, pour chaque question, 2 minutes chacun pour répondre puis pourront débattre entre eux. Trois grands thèmes sont retenus: quel président serez-vous (style d'exercice du pouvoir)? quelle société voulez-vous (sécurité au quotidien par exemple)? et quelle vision avez-vous pour la France?

"Les candidats connaissent les thèmes mais découvriront les questions lors du débat", a souligné Alexandre Kara, directeur de la rédaction nationale de France Télévisions.

"Nous prévoyons aussi deux salves de questions d'internautes, qu'ils ont pu poser dès mercredi matin sur nos sites, et qui sont souvent drôles et impertinentes", a ajouté Philippe Morand, rédacteur en chef adjoint du service politique de TF1.

Les deux chaînes espèrent une grosse audience : "au vu des débats précédents, avec 5,6 millions de téléspectateurs pour celui sur TF1 et 5,1 millions pour celui sur France 2, on peut imaginer plus de 5 millions de personnes", a estimé Alexandre Kara.

Le débat sera aussi en direct sur France Inter et toutes les radios pourront aussi le diffuser en direct. Toutes les autres chaînes de télé pourront le rediffuser à partir de minuit.

Le succès d'audience des premiers débats explique pourquoi BFMTV, qui n'a pas obtenu d'être co-diffuseur, a publiquement protesté par une pleine page dans les journaux mercredi.

"Dès avant l'été, il avait été acté que TF1 et France 2 organiseraient ce débat", a justifié le président de la commission d'organisation Thierry Solère. Ensuite, "BFMTV (coorganisateur du deuxième débat, avec iTELE), ainsi que RTL et Radio France ont demandé à y participer".

Lundi, une réunion organisée par Thierry Solère avec les diffuseurs a tranché en faveur de Radio France, mais sans Léa Salamé, proposée initialement par France Inter.

"Ni TF1 ni France 2 n'ont accepté que BFMTV ne participe, pour ne pas émietter l'audience. Et ce n'était pas négociable", a déclaré Thierry Solère. "De plus TF1 n'a pas souhaité que Léa Salamé soit animatrice car elle est aussi sur France 2. Et choisir RTL posait un problème vis-à-vis d'Europe 1, alors que Radio France n'avait jusqu'ici pas participé", a-t-il conclu.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire