En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Orages record en Ile-de-France: le métro reprend son rythme normal

Lundi 10 juillet 2017
Orages record en Ile-de-France: le métro reprend son rythme normal
Un conducteur sous une pluie battante à Paris le 9 juillet 2017 - Christophe DELATTRE (AFP)

Il est tombé sur Paris en une heure l'équivalent de trois semaines de pluie pour un mois de juillet: fortement perturbé par le déluge qui s'est abattu dimanche soir, le trafic du métro a repris son rythme normal lundi matin.

Un record de 49 millimètres d'eau a littéralement inondé la capitale, battant le précédent record de 47 mm tombés le 2 juillet 1995, selon Météo France. Au total, sur plusieurs heures, il a plu 68 millimètres d'eau, ont précisé les services météorologiques.

La vigilance orange pour les orages, ramenée lundi matin de douze à huit départements, tous en Ile-de-France, a finalement été levée en fin de matinée.

Ces soudaines pluies diluviennes, dimanche à partir de 21H30, ont notamment provoqué la fermeture d'une quinzaine de stations de métro durant une grande partie de la soirée en raison d'escaliers, de quais et de voies inondés. Le trafic a dû être arrêté sur un tronçon de la ligne 2 dans le nord de la capitale, entre les stations Barbès-Rochechouart et Père-Lachaise.

L'ensemble du trafic était revenu à la normale et toutes les stations desservies et ouvertes au public à 11H00, a annoncé la RATP. Seul contretemps: la Régie des transports parisiens a dû fermer durant quelques heures trois stations (Voltaire, Quai de la Rapée et Maubert-Mutualité) "en raison de nouvelles pluies importantes" lundi matin.

La circulation sur le RER D, "ralentie" toute la matinée, a repris ses fréquences habituelles vers 12H00, a annoncé la SNCF.

Selon la Préfecture de police citant l'opérateur Enedis, 3.000 personnes ont subi des coupures d'électricité dans la nuit, notamment à Paris et dans le Val-de-Marne.

Submergée par 1.700 appels, la Brigade sapeurs-pompiers de Paris, qui opère dans Paris et sur les départements des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne, a mené "une centaine" d'interventions en relation avec ces intempéries durant cet épisode orageux, a indiqué un porte-parole à l'AFP.

- La région nantaise touchée -

Le sous-sol d'un immeuble abritant des services du ministère de la Culture, rue Saint-Honoré (centre de Paris), a notamment été inondé, a indiqué le ministère.

L'Assemblée nationale a été affectée mais sans "gros soucis", a-t-on appris auprès de la présidence de la chambre. Il y a notamment eu "quelques infiltrations" mais sans "gros dommages" au Palais Bourbon. Des dégradations plus importantes ont touché des bâtiments situés dans une rue voisine avec des inondations au sous-sol, entraînant notamment la fermeture d'un parking.

Le sud de Paris a également été touché. La préfecture de l'Essonne a recensé "270 demandes de secours" durant la soirée. L'autoroute A6a a été fermée pendant plusieurs heures à partir de 22H30 dans le sens province-Paris à hauteur de Chilly-Mazarin après l'inondation d'une partie de la chaussée.

En juin l'an dernier, Paris et sa région avaient été frappés par d'importantes inondations avec notamment une crue majeure de la Seine qui avait dépassé les 6 mètres à Paris.

Dans l'ouest du pays, à Nantes, le Service départemental d'incendie et secours a reçu 2.900 appels, "principalement entre 17H30 et 21H00". Un total de 470 pompiers ont été mobilisés sur 312 interventions.

Des cumuls exceptionnels de précipitation ont également été enregistrés dimanche en plusieurs heures dans d'autres régions, avec notamment 86 millimètres à Civray (Vienne) et 77 millimètres à Lons-Le-Saunier (Jura), a indiqué Météo-France.

"D'après nos images radars, localement, on a même pu dépasser les 100 millimètres en quelques heures, notamment dans le Poitou, le Berry ou le nord du Limousin", a estimé un prévisionniste, Patrick Galois.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire