En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Mondial-2018: l'Australie au paradis grâce à son capitaine Jedinak

Mercredi 15 novembre 2017
Mondial-2018: l'Australie au paradis grâce à son capitaine Jedinak
Le milieu de l'Australie Mile Jedinak (c) est congratulé par ses équipiers après son but face au Honduras en qualif pour le Mondial-2018, le 15 novembre 2017 à Sydney - William WEST (AFP)

Club des cinq. Le capitaine Mile Jedinak, auteur d'un doublé contre le Honduras (3-1) mercredi en match retour de barrage intercontinental du Mondial-2018 après un score nul et vierge à l'aller, a qualifié l'Australie pour sa 5e Coupe du monde, la 4e d'affilée.

Pour confirmer leur voyage en Russie, les Socceroos attendaient Tim Cahill, leur buteur vedette de nouveau titulaire, ils ont eu Mile Jedinak à la place.

Quasiment auteur d'un triplé puisque l'ouverture du score (54) découle d'un coup franc de l'ex-Eagle de Crystal Palace dévié malheureusement dans son but par l'autre capitaine, Maynor Figueroa, le barbu de 33 ans permet ainsi à l'Australie de s'extirper d'un nouveau barrage haletant.

Dans la foulée, alors que la première période avait été aussi touffue et rugueuse que le match aller quatre jours plus tôt, le héros du jour s'est offert deux nouveaux buts, sur penalty (72, 85) cette fois.

Après six matches d'affilée d'invincibilité dans la campagne, le Honduras, jamais battu par l'Australie auparavant, peut enrager.

Même si Figueroa, qui revenait de suspension, a fini par sauver l'honneur des Catrachos en toute fin de rencontre (90+4), ceux-ci ne disputeront pas leur 4e Mondial après avoir été de la partie en 2010 et 2014. Le 4e de la zone Concacaf s'est peut-être perdu en route, après avoir notamment accusé l'Australie de l'espionner au moyen d'un drone.

Son sélectionneur, le Colombien Jorge Luis Pinto, se voyait pourtant bien être une nouvelle fois le héros après avoir conduit en 2014 le Costa Rica jusqu'en quart de finale, mais c'est finalement le Grec Ange Postecoglou, le mentor de l'Australie qui avait déjà sorti la Syrie lors d'un 1er barrage après avoir fini 3e du groupe B de la zone Asie, qui aura l'occasion de créer la surprise en Russie.

Le dernier billet se jouera la nuit prochaine entre le voisin néo-zélandais et le Pérou.

Trente-et-une nations sont d'ores et déjà assurées de disputer la Coupe du monde 2018 en Russie, du 14 juin au 15 juillet. Il ne reste plus qu'un seul billet à prendre, qui sera attribué la nuit prochaine. Le point.

. Les 31 qualifiés:

Pays-hôte, qualifié d'office (1): Russie

AFRIQUE (5): Nigeria, Egypte, Sénégal, Maroc, Tunisie

AMERIQUE DU SUD (4): Brésil, Uruguay, Argentine, Colombie

ASIE (5): Iran, Japon, Corée du Sud, Arabie Saoudite, Australie

AMERIQUE DU NORD, CENTRALE ET CARAIBES (3): Mexique, Costa Rica, Panama

EUROPE (13): Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Pologne, Islande, Serbie, France, Portugal, Suisse, Croatie, Suède, Danemark

. La dernière place à prendre ira au vainqueur du second barrage intercontinental, Pérou - Nouvelle-Zélande (coup d'envoi la nuit prochaine à 02H15 GMT).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire