En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Messages unanimes de soutien à Jacques Chirac, toujours hospitalisé

Lundi 19 septembre 2016
Messages unanimes de soutien à Jacques Chirac, toujours hospitalisé
L'ancien président Jacques Chirac, le 21 novembre 2014 au musée du Quai Branly à Paris - PATRICK KOVARIK (POOL/AFP/Archives)

Les messages de soutien à Jacques Chirac se multipliaient lundi dans le monde politique, à commencer par François Hollande, alors que très peu d'informations filtraient sur la santé de l'ancien chef de l'Etat, hospitalisé dimanche à Paris pour une infection pulmonaire.

Lundi matin, c'est François Hollande qui a témoigné du "soutien" de la Nation envers l'ancien président. "J'ai une pensée en cet instant pour lui dire notre soutien dans l'épreuve qu'il traverse", a déclaré l'actuel chef de l'Etat, lors de son discours d'hommage aux victimes du terrorisme, lundi aux Invalides.

Jacques Chirac, qui aura 84 ans en novembre, a été pris en charge dimanche matin "pour le traitement d'une infection pulmonaire", a indiqué dimanche à l'AFP l'époux de sa fille Claude Chirac, Frédéric Salat-Baroux, précisant qu'il resterait hospitalisé "dans les prochains jours". Son retour du Maroc, où il séjournait avec son épouse Bernadette, avait été avancé de 24 heures sur avis des médecins, selon un proche.

Lundi matin, l'entourage de l'ancien président n'a pas souhaité s'exprimer, soulignant qu'il n'y avait pas de nouvelle information à donner.

Depuis son départ de l'Elysée en mai 2007, M. Chirac, victime d'un accident vasculaire cérébral en septembre 2005, a été hospitalisé à plusieurs reprises, notamment une quinzaine de jours en décembre 2015, déjà à la Pitié-Salpêtrière, pour "affaiblissement". Il a par ailleurs été fortement éprouvé par la mort de sa fille aînée, Laurence, en avril. Ses proches faisaient cependant état ces dernières semaines d'une amélioration de son état.

Sur RTL, Claude Bartolone, président (PS) de l'Assemblée nationale a souhaité que M. Chirac "se remette le plus rapidement possible". "C'est le côté terrible de la politique", a-t-il par ailleurs observé, interrogé sur la popularité de l'ex-président depuis son départ de l'Elysée. "Vous êtes de nouveau populaire généralement quand vous n'êtes plus en activité. On a connu ça aussi avec le président (François) Mitterrand".

- 'Au nom des forains de France' -

A droite, Jean-François Copé, invité de LCI, a qualifié Jacques Chirac d'"homme exceptionnel". Le candidat à la primaire de la droite avait déjà invoqué l'ancien président lors d'un tweet très commenté le 22 août. "Chirac, toi qui a vécu ça en 1995, aide-moi", avait-il alors écrit. Le député-maire de Meaux faisait allusion, après le ralliement de Christian Jacob à Nicolas Sarkozy, à la solitude de M. Chirac, distancé dans les sondages par Edouard Balladur en 1995, avant de finalement l'emporter.

Soutien de Nicolas Sarkozy, Luc Chatel "retient" de M. Chirac "le rayonnement de la France à travers le monde et un certain nombre de décisions fortes, notamment le refus de la guerre en Irak" (en 2003, NDLR) et (...) son "regard lucide sur ce qu'avait été l'Etat français pendant la Seconde Guerre mondiale". L'ancien président avait alors été le premier président de la République à reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans la déportation des Juifs sous l'Occupation allemande.

Marcel Campion, forain connu pour exploiter la grande roue place de la Concorde, lui a rendu hommage "au nom du monde festif et des forains de France". Il a souhaité un "prompt rétablissement à l’homme politique qui a aidé les forains de France pour le maintien de leurs traditions".

Réputé pendant des décennies pour sa santé de fer et son naturel bon vivant, Jacques Chirac a fait sa dernière apparition à une cérémonie officielle le 21 novembre 2014 pour la remise des prix de la "fondation Chirac au service de la paix". Diminué, main sur l'épaule de son garde du corps, il était arrivé sous les applaudissements de la salle.

Absent le 20 juin à l'inauguration de l'exposition "Jacques Chirac ou le dialogue des cultures", qui lui est consacrée au musée du Quai Branly, où François Hollande lui avait rendu un vibrant hommage, il l'avait visitée en juillet en privé.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

MOMO66 20.09.2016
Chlordécone, Mururoa...

Qui a autorisé le chlordécone aux antilles lorsqu'il était ministre de l'agriculture ? Qui a fait le dernier essai nucléaire à Mururoa ? Qui a mis les cultures indigènes dans les musées pour mieux les avilir ? Bref, complexe de supériorité ne profite jamais.

Répondre Signaler au modérateur
MOMO66 20.09.2016
Chlordécone, Mururoa...

Qui a autorisé le chlordécone aux antilles lorsqu'il était ministre de l'agriculture ? Qui a fait le dernier essai nucléaire à Mururoa ? Qui a mis les cultures indigènes dans les musées pour mieux les avilir ? Bref, complexe de supériorité ne profite jamais.

Répondre Signaler au modérateur