En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Mélenchon: "je n'ai pas l'intention de faire Cuba en France"

Vendredi 14 avril 2017
Mélenchon: "je n'ai pas l'intention de faire Cuba en France"
Le candidat de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le 18 mars 2017 lors d'un meeting à Paris - bertrand GUAY (AFP/Archives)

Le candidat de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a cherché à rassurer les électeurs et à contrer les critiques de ses adversaires, en assurant qu'il "n'avait pas l'intention de faire Cuba en France"

Interrogé dans l'édition du quotidien Ouest-France à paraître samedi sur son éloge des héritages des anciens présidents Hugo Chavez (Venezuela) et Fidel Castro (Cuba), il s'est défendu des critiques de ses rivaux à la présidentielle d'être un "communiste": "C’est un signe d’extrême désarroi intellectuel de m’affronter sur un terrain pareil avec une telle caricature".

"Je les ai défendus, s'est-il justifié, dans des circonstances où ils étaient attaqués" et "Cuba a défendu tous les mouvements de libération nationale d’Amérique latine et dû subir l’embargo des États-Unis pourtant condamné par l’ONU".

Mais "je n’ai jamais approuvé la façon dont était organisée politiquement Cuba. Je n’ai pas l’intention de faire Cuba en France", a-t-il encore insisté, alors que ses principaux rivaux jugent que son programme est dangereux pour la France.

M. Mélenchon a encore récusé que la politique menée par Hugo Chavez au Venezuela ait conduit le pays à la ruine: "Le Venezuela avait une politique social-démocrate. Personne n’a été exproprié. Il n’y a pas eu de nationalisations non plus. J’ai soutenu Chavez contre l’agression des Américains. Et aujourd’hui, le problème de ce pays, c’est d’abord la baisse du prix du pétrole. Je n’y suis pour rien".

Interrogé sur les critiques voilées du président François Hollande contre lui, le candidat de la France Insoumise a observé: "Je trouve que les détestations personnelles de François Hollande l’aveuglent. Quand je suis à 18%, il pense que je sens mauvais. Mais qu’a-t-il dit quand Marine Le Pen était à presque 30% ?"

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3