France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Macron visite un village détruit dans la bataille de Verdun

Mardi 06 novembre 2018
Macron visite un village détruit dans la bataille de Verdun
Emmanuel Macron au cimetière près de l'Ossuaire de Douaumont, près de Verdun, le 6 novembre 2018, pendant les cérémonies marquant le centenaire de la Première Guerre mondiale - LUDOVIC MARIN (POOL/AFP)

Emmanuel Macron a visité mardi, en compagnie d'une vingtaine de lycéens, le village de Fleury-devant-Douaumont (Meuse), inhabité depuis sa complète destruction durant la bataille de Verdun en 1916.

Accompagné de son épouse Brigitte, M. Macron est le premier président de la République à se rendre dans ce village, dont le seul bâtiment est une chapelle, situé à proximité de l'Ossuaire de Douaumont, à quelques kilomètres de Verdun.

"Je voulais rendre hommage aux villages disparus" au cours de cette "itinérance mémorielle" pour marquer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, a-t-il expliqué. "Beaucoup de nos concitoyens ont oublié" les huit villages de la Meuse qui ont été déclarés "morts pour la France" en 1918 et sont depuis désertés. "Ce sont des mémoires familiales ensevelies", a fait observer M. Macron.

Peuplé en 1914 de 422 habitants, essentiellement des agriculteurs, Fleury-devant-Douaumont a été rasé par les bombardements et les combats, ne cessant d'être pris et repris par les Français et les Allemands durant la bataille de Verdun en 1916. "Il ne restait rien du village", a expliqué Jean-Pierre Laparra, son "maire" depuis 2008.

Bien qu'inhabités, les huit villages détruits sont restés des communes gérées par des "maires" désignés par le préfet et dont la charge est d'assurer l'entretien des lieux, devenus essentiellement boisés.

Régulièrement, des ossements de soldats sont découverts, à l'image en 2013 de 26 d'entre eux tombés au champ d'honneur en 1916 et dont sept ont pu être identifiés, selon M. Laparra.

Près de 300.000 soldats sont morts pendant la bataille de Verdun en 1916. Environ 80.000 sont portés disparus, dispersés dans une zone de 10.000 hectares devenue depuis une forêt domaniale.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu