En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le gouvernement veut modifier la base de calcul des APL

Dimanche 17 septembre 2017
Le gouvernement veut modifier la base de calcul des APL
Le secrétaire d'État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, le 11 septembre 2017 à Paris - ALAIN JOCARD (AFP/Archives)

Les aides personnelles au logement (APL) seront calculées sur la base du revenu en cours des bénéficiaires, et non plus sur le revenu d'il y a deux ans, a annoncé au JDD le secrétaire d'État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie.

La mesure entrera en vigueur à partir du 1er? janvier 2019 "permettra d'économiser plus d'un milliard d'euros", a-t-il ajouté dans le Journal du dimanche, promettant que "le prix des loyers diminuera en même temps que le montant des APL".

Le gouvernement a déjà annoncé début juillet la baisse de cinq euros par mois du montant des APL.

"Le montant des APL que vous percevez prend pour référence votre revenu d'il y a deux ans. Donc si je travaille, alors que j'étais au chômage il y a deux ans, je touche un montant d'APL qui n'est pas en relation avec ce dont j'ai besoin aujourd'hui", a encore indiqué le secrétaire d’État.

Le gouvernement doit annoncer mercredi sa stratégie pour le logement.

Des informations de presse ont récemment fait état d'une baisse des APL dont bénéficient les locataires du parc HLM, d'un montant allant jusqu'à 60 euros mensuels, en contraignant les bailleurs sociaux à réduire d'autant leurs loyers.

"Notre engagement est très clair: aucun allocataire ne perdra un euro", a assuré Julien Denormandie dans les colonnes du JDD.

Il a souligné que la baisse de cinq euros par mois du montant des APL, annoncée début juillet, "s'expliquait par le fait que le budget pour 2017, qui prévoyait cette mesure et dont nous avons hérité, n'était pas bouclé".

"Mais depuis le premier jour, nous expliquons que nous allons faire une réforme de fond des APL pour traiter le problème à la racine. Or le problème, ce n'est pas les APL, ce sont les loyers trop élevés, qui n'ont cessé de progresser depuis quarante ans", a détaillé le secrétaire d’État.

Les APL sont versées à 6,5 millions de ménages en France.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire