En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La Manif pour tous veut "peser" sur la présidentielle

Dimanche 18 septembre 2016
La Manif pour tous veut "peser" sur la présidentielle
Ludovine de La Rochere, présidente de La Manif pour Tous, à Etiolles, près de Paris le 18 septembre 2016 - FRANCOIS GUILLOT (AFP)

Les militants de La Manif pour tous, réunis ce week-end dans l'Essonne, entendent "peser sur les candidats" de droite pour la présidentielle, même si le mouvement, qui fut en première ligne dans la lutte contre le mariage homosexuel, ne donnera pas de consigne de vote.

Quelques centaines de sympathisants étaient présents à Etiolles, au sud de Paris, pour la quatrième université d'été du mouvement qui avait créé la surprise en réussissant à mobiliser dans la rue contre la loi Taubira finalement adoptée en 2013.

Parmi eux, deux candidats de droite ont fait le déplacement: Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), candidat à la présidentielle, et Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien-démocrate), l'un des rivaux de la primaire de droite. "Non pas invités, mais qui se sont inscrits et qui sont venus", insiste un porte-parole du mouvement, Albéric Dumont.

"Sarko a retourné sa veste, ça m'exaspère. Fillon n'est pas constant dans ses idées. Aujourd'hui, je pense que je vais voter Poisson à la primaire, le candidat le plus proche de nos opinions", réfléchit tout haut Madeleine, 22 ans, étudiante parisienne en médecine, militante "depuis le début du mouvement".

Le président du parti fondé par Christine Boutin, bien que peu connu du grand public, est régulièrement cité par les militants interrogés, de même qu'un autre candidat de la primaire de droite, Hervé Mariton. Tous deux sont parmi les opposants les plus notoires à la loi sur le mariage pour tous.

Le député (Les Républicains) de la Drôme est notamment le champion de Philippe Valette, 64 ans, militant de toujours de La Manif et "petit-fils d'un sénateur SFIO". "Même si mon choix n'est pas définitif", se reprend-il.

Si la présidente de La Manif pour tous, Ludovine de La Rochère, affirme avoir "rencontré tous les candidats de la primaire, à part Juppé et NKM", et que "plusieurs d'entre eux (lui) ont demandé ce que La Manif voulait pour la famille", l'association se refuse à toute consigne de vote.

"Il n'y a pas un candidat qui a coché toutes nos cases", justifie Yvan, un sympathisant de 63 ans, qui hésite entre MM. Mariton et Poisson.

- Manif en octobre -

Le mouvement, né fin 2012 de l'opposition à la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, entend pour autant peser sur 2017.

En redescendant dans la rue tout d'abord: La Manif pour tous appelle à une manifestation à Paris le 16 octobre contre "les nouvelles offensives" du gouvernement. Sa dernière mobilisation, il y deux ans, avait rassemblé entre 70.000 et 500.000 personnes.

Depuis, le mouvement a largement diversifié ses positions. "C'est pas dans l'immédiat qu'on va supprimer la loi sur le mariage", reconnaît Madeleine. "On n'en a plus rien à faire", provoque Yvan. Selon un sondage Ifop paru mercredi, 62% des Français se disent défavorables à une abrogation de la loi.

Procréation médicalement assistée, gestation pour autrui, ou effort pour "promouvoir le mariage" à travers les cours d'éducation civique à l'école, tiennent désormais le haut du pavé aux côtés d'une quarantaine de propositions formulées en début de semaine par La Manif pour "peser sur les candidats".

"Notre rôle, c'est d'aider les politiques à parler de ces choses, leur apporter des idées", justifie Ludovine de La Rochère, qui refuse d'indiquer si elle ira voter à la primaire de droite.

"Je suis assez perplexe. Pour le moment, les déclarations des candidats sont assez décevantes", dit-elle, alors que Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet ont notamment indiqué ne pas souhaiter revenir sur la loi Taubira.

Emanation de La Manif pour tous au sein du parti Les Républicains, Sens commun a pour sa part choisi récemment d'apporter son soutien à François Fillon.

Et Marine Le Pen? S'ils observent des points de convergence avec la candidate du FN, les militants interrogés par l'AFP ont dit exclure de voter pour elle.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire