En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La loi de moralisation signée à la télé en direct par Macron

Vendredi 15 septembre 2017
La loi de moralisation signée à la télé en direct par Macron
Le président Emmanuel Macron, entouré par la ministre de la Justice Nicole Belloubet et le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, signe les deux lois de moralisation de la vie politique, le 15 septembre 2017 à l'Elysée, à Paris - LUDOVIC MARIN (AFP)

Emmanuel Macron a signé vendredi matin les deux lois de moralisation de la vie politique, une promulgation diffusée en direct à la télévision dans une mise en scène à l'américaine inédite en France.

"Les lois sur la confiance dans la vie politique, que je viens de signer, sont donc aujourd'hui promulguées", a déclaré le président de la République en signant les documents sur son bureau à l'Elysée. A ses côtés se tenaient, debout, la ministre de la Justice Nicole Belloubet et le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement Christophe Castaner.

Pour donner de la solennité à la première promulgation de loi du quinquennat, l'Elysée avait autorisé les télévisions à filmer cette signature dans le bureau présidentiel, une pratique inhabituelle pour cette formalité juridique.

"Ces deux lois sont des engagements de campagne importants, qui constituent une vraie rénovation de la vie politique", "ce que nous avions promis nous l'avons fait", a ajouté le président en récapitulant les points clés de la loi votée après une campagne électorale marquée par les affaires.

"L'impossibilité d'embaucher des membres de sa famille est maintenant promulguée, l'impossibilité d'être élu quand on a un casier judiciaire B2 est aujourd'hui promulguée, l'impossibilité de ne pas rendre compte de ses indemnités est aujourd'hui promulguée", a-t-il énuméré, avant de remercier l'ex-garde des Sceaux François Bayrou, initiateur du texte, et celle qui lui a succédé Nicole Belloubet.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3