En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

L'OCDE confirme la croissance "molle" de l'économie mondiale

Mercredi 21 septembre 2016
L'OCDE confirme la croissance "molle" de l'économie mondiale
L'OCDE révise à la baisse ses prévisions pour la croissance mondiale en 2016 et 2017 - JEAN AYISSI (AFP/Archives)

L'OCDE a revu à la baisse mercredi pour la troisième fois de l'année ses prévisions pour la croissance mondiale en 2016 et 2017, en les rabotant de 0,1 point de pourcentage, en raison de la faiblesse du commerce mondial et notamment du Brexit.

"L'économie mondiale est toujours piégée dans une croissance molle avec des déceptions (...) qui pèsent sur la croissance des exportations et qui alimentent la faiblesse du commerce, des investissements, de la productivité et des salaires", explique l'institution financière dans ses prévisions actualisées.

Face à ce contexte international morose, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a encore abaissé ses prévisions. Elle s'attend désormais à ce que la croissance mondiale passe sous la barre des 3% cette année, à 2,9%, soit 0,1 point de moins qu'attendu en juin et 0,4 point de moins qu'en début d'année.

Même scénario pour l'année prochaine: la croissance mondiale devrait à peine rebondir à 3,2%, soit 0,1 point de moins que lors des prévisions précédentes de juin.

Le panorama ne devrait pas s'améliorer par la suite: "le ralentissement de la croissance du commerce va déprimer la croissance de la productivité dans les prochaines années", assure l'institution financière internationale.

L'OCDE ampute par ailleurs de 0,4 point la croissance des Etats-Unis, à 1,4% en 2016, et abaisse drastiquement celle du Royaume-Uni à 1% (-1 point) pour 2017 après le vote du Brexit.

En revanche, elle réduit les effets de la récession au Brésil de 1 point, avec un produit intérieur brut attendu en baisse de 3,3% cette année.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire