En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Islam radical: dissolution d'une association d'aide aux détenus musulmans

Mercredi 23 novembre 2016
Islam radical: dissolution d'une association d'aide aux détenus musulmans
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Alfortville, en France, le 21 novembre 2016 - Thomas SAMSON (AFP/Archives)

"Encouragement" à la radicalisation de détenus, "sympathie" envers des jihadistes... Sanabil, une association d'aide aux prisonniers musulmans, a été dissoute mercredi par le gouvernement qui n'a pas été convaincu par ses dénégations.

Le nom de cette association créée en 2010 et basée en Seine-et-Marne est apparu dans "de nombreux dossiers terroristes", avaient dit à l'AFP fin octobre des sources au sein des services de renseignement.

Après le gel de ses avoirs, sa dissolution a donc été actée en Conseil des ministres, sur le fondement d'un article du code de la sécurité intérieure sur les associations qui "appellent à la haine ou à la violence, ou qui se livrent à des agissements susceptibles de provoquer des actes terroristes", a annoncé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

"On va utiliser tous les moyens légaux possibles afin de contester cette décision injuste", a réagi auprès de l'AFP le président de Sanabil, Antho Bolamba-Digbo, assigné à résidence depuis un an.

D'après lui, l'action de l'association se borne à soutenir "750 détenus dans onze pays", en faisant parvenir de la documentation religieuse ou en envoyant occasionnellement de l'argent aux indigents pour qu'ils puissent cantiner - sous le contrôle de l'administration pénitentiaire.

Elle fournit aussi un soutien, financier parfois, aux familles de détenus.

"Si Sanabil n'avait pas été fermée jusque-là, c'est que l'Etat n'avait rien à lui reprocher", estime-t-il. Il affirme en outre que la région Ile-de-France avait financé deux contrats aidés pour l'association en 2013-2014.

- Facilitateur de rencontres -

Mais, pour le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui a pris le décret de dissolution, "sous couvert d'un soutien matériel dispensé à des détenus de droit commun ainsi qu'à leurs familles, l'association encourageait la radicalisation de ces derniers durant leur séjour carcéral pour les rallier à la cause jihadiste".

Le ministre note dans un communiqué que "plusieurs anciens dirigeants ou anciens membres de l'association ont rejoint la zone de combat irako-syrienne" et que Sanabil "facilitait les rencontres entre des jihadistes radicaux et des individus moins impliqués dans le but d'influencer ces derniers".

Selon Bernard Cazeneuve, "les publications sur internet de l'association manifestent de la sympathie envers certains individus en lien avec la mouvance terroriste la plus radicale".

Par ailleurs, selon une source proche du dossier, le nom de Sanabil est cité dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et aux abords du Stade de France.

Les enquêteurs s'intéressent ainsi à un Français de 31 ans parti en Syrie en 2015, Domenico G., apparu en lien avec des membres ou anciens membres de Sanabil. Les investigations portent notamment sur d'éventuels contacts entre sa famille et l'environnement des protagonistes des attaques jihadistes.

Pour les enquêteurs, Sanabil est une émanation du forum pro-jihad Ansar Al-Haqq, qui comptait Antho Bolamba-Digbo parmi ses membres. Les enquêteurs pensent que deux figures françaises du jihad, les frères Fabien et Jean-Michel Clain, ont pu participer à la gestion du site de Sanabil avec M. Bolamba-Digbo, selon une source proche du dossier.

Le président de Sanabil reconnaît auprès de l'AFP avoir été "très brièvement" modérateur du forum Ansar Al-Haqq, mais affirme en avoir été banni par les administrateurs "justement" pour ses "prises de position" condamnant le terrorisme.

Les enquêteurs considèrent que grâce aux réseaux sociaux Sanabil a rapidement bénéficié d'une "certaine notoriété au sein de la nébuleuse jihadiste". Elle est suspectée de constituer "un vecteur de connexion" entre militants projihad et des personnes qui n'appartiennent pas encore à cette mouvance, notamment à travers des pique-niques annuels.

Une note des services de renseignement consultée par l'AFP relevait qu'Amédy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher en janvier 2015, avait participé à un pique-nique de l'association le 23 août 2014.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire