En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Glyphosate: Hulot "fier" que la France "tienne bon" à Bruxelles

Jeudi 09 novembre 2017
Glyphosate: Hulot "fier" que la France "tienne bon" à Bruxelles
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, arrivant à l'Élysée pour participer à une réunion sur le climat, le 5 septembre 2017 - LUDOVIC MARIN (AFP/Archives)

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot s'est dit "fier" jeudi que la France ait "tenu bon" face à la nouvelle proposition de la Commission européenne de réautoriser le glyphosate pour cinq années supplémentaires, quand Paris souhaite trois ou, à la limite, quatre ans.

"La France, ce (jeudi) matin, j'en suis fier, a maintenu sa position sur trois ans" au sujet de l'herbicide controversé, a déclaré le ministre, en marge d'un déplacement avec le Premier ministre Edouard Philippe à Paris.

Les représentants des 28 Etats membres de l'UE ont une nouvelle fois échoué jeudi à s'accorder sur l'avenir du glyphosate, lors d'un vote qui n'a pas réuni la majorité requise pour renouveler pour 5 ans la licence de l'herbicide controversé.

La nouvelle proposition de réautorisation faite par la Commission européenne, pour une période deux fois plus courte qu'elle ne le souhaitait initialement, n'a pas convaincu les pays les plus réticents, comme la France.

"On a franchi une étape, on était parti pour réautoriser dix ans, la France tient bon sur trois ans", s'est réjoui M. Hulot devant les journalistes.

"C'est normal que le passage de dix ans à trois ans ne se fasse pas de manière si fluide mais on avance, on est en train de changer d'échelle", a-t-il souligné.

Pour le ministre, qui avait prévenu que la France voterait contre l'échéance de cinq ans, "tout le monde a inscrit dans son logiciel qu'au-delà d'une réautorisation, qu'elle soit pour 3 ou pour 4 ans, ce sur quoi il faut travailler c'est comment, petit à petit mais assez rapidement, on va s'affranchir de toutes ces molécules qui de manière assez justifiée occasionnent une défiance entre le consommateur et le mode alimentaire", a justifié l'ancien animateur de télévision.

Le ministre a de nouveau souhaité que la décision européenne sur la réautorisation du glyphosate, connu du grand public sous sa principale marque Roundup (groupe Monsanto), soit "assortie" d'un plan de sortie du marché de ce produit.

"Effectivement, il faut un plan sinon dans trois ans il ne se sera rien passé", a-t-il jugé.

La Commission européenne a indiqué qu'elle allait désormais soumettre sa proposition à un "comité d'appel", alors que la licence actuelle dont dispose le glyphosate sur le territoire de l'UE arrive à échéance le 15 décembre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire