En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Braquage Kardashian: braqueurs et receleurs, deux cercles de suspects

Mardi 10 janvier 2017
Braquage Kardashian: braqueurs et receleurs, deux cercles de suspects
La star américaine de téléréalité Kim Kardashian, le 28 août 2016 à New York - Larry Busacca (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives)

Des truands "à l'ancienne", de jeunes "caïds de banlieue", un chauffeur de VIP: avec l'arrestation de 17 personnes lundi, les enquêteurs reconstituent le réseau auteur du retentissant braquage de la star américaine Kim Kardashian à Paris en octobre.

Voici ce que l'on sait de l'enquête qui a "considérablement avancé" selon des sources policières, alors que les 17 interpellés étaient toujours en garde à vue mardi:

- Le casse parfait? -

Neuf millions d'euros: c'est le plus important vol de bijoux commis sur un particulier en France depuis plus de 20 ans et a priori le "casse parfait".

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la vedette ultramédiatisée de 36 ans a été braquée par cinq hommes armés dans une discrète résidence hôtelière de luxe du centre de Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Après l'avoir ligotée, bâillonnée et enfermée dans la salle de bain, ils étaient repartis - certains à vélo, les autres à pied - avec une bague d'une valeur de quatre millions d'euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions.

Selon les sources, un sixième homme est soupçonné d'avoir servi de chauffeur aux présumés agresseurs.

Toujours selon les sources policières, cet "aplomb et ce culot" - apanage des "beaux +mecs+", selon elles - n'a pas empêché certaines failles. L'ADN d'un homme de 60 ans figurant parmi les gardés à vue a été retrouvé notamment sur des liens et bâillon qui ont servi à entraver Kim Kardashian.

Connu pour des faits de grand banditisme, il a été suivi par les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB). "Tirant les fils" et grâce à la vidéosurveillance, ils ont déterminé quels pouvaient être ses complices.

- Deux cercles de suspects -

Lundi matin, 17 personnes ont été interpellées, notamment en région parisienne et à Saint-Jean-des-Pins (Gard). Le plus jeune est né en janvier 1994, le plus âgé, interpellé à Grasse (Alpes-Maritimes) a 72 ans. La moyenne d'âge tourne autour de la cinquantaine.

Elles sont pour la plupart issus du "grand banditisme", explique une source policière. Il y a trois femmes dont l'une a 65 ans. Les plus âgés des interpellés sont déjà tombés pour faux monnayage, trafic de stupéfiants ou le braquage d'un grand joaillier dans le sud de la France il y a près de dix ans.

Les autres sont issus de familles de gens du voyage sédentarisés et d'une autre de Kabyles implantés dans des cités populaires.

Ils se décomposeraient en "deux cercles" en l'état des investigations: les agresseurs présumés d'une part, les intermédiaires et/ou receleurs de bijoux d'autre part - auquel appartient un homme condamné pour attaque de fourgons blindés en 2011.

Deux des suspects ont été vus par exemple se rendre à Anvers (Belgique), plaque tournante du commerce de diamants.

Les enquêteurs pensent que le "cerveau" du casse figure parmi les interpellés. Ils ont été peut-être - les sources incitant à la "prudence" - renseignés par le frère de l'un des suspects, âgé de 30 ans, chauffeur d'une société véhiculant des personnalités, dont la famille Kardashian quand elle se rend à Paris.

Comme les présumés agresseurs de la star, il fait partie des gardés à vue qui, selon une des sources, sont "très peu diserts".

- Quid des bijoux? -

Ils n'avaient pas été retrouvés mardi, assurent les sources policières, et sont "par nature difficiles à écouler" y compris à Anvers ou d'autres lieux similaires. Ils peuvent avoir été fondus. Ils peuvent encore être aux mains des braqueurs. Des "sommes importantes d'argent" ont été retrouvées lors des perquisitions.

- Quid de la star? -

Elle devra être entendue "sur le fond", assurent les sources, par exemple pour être confrontée aux suspects qui seront éventuellement déférés devant la justice. La garde à vue peut durer jusqu'à vendredi s'agissant de grande criminalité. Le juge d'instruction "peut demander à Kim Kardashian de reconnaître les personnes qui l'ont agressée, soit il voudra que ce soit en personne, soit sur des photos. C'est une possibilité", a affirmé lundi l'avocat de la star, Me Jean Veil.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire