En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Attentat déjoué: le passage à l'acte était prévu "dans les tout prochains jours"

Mardi 18 avril 2017
Attentat déjoué: le passage à l'acte était prévu "dans les tout prochains jours"
Un militaire, une policière et des pompiers dans un quartier de Marseille où ont été arrêtés deux suspects le 18 avril 2017 - boris HORVAT (AFP)

Les deux jeunes hommes "radicalisés", arrêtés mardi matin à Marseille par les services antiterroristes, avaient l'intention de commettre un attentat "dans les tout prochains jours", a déclaré le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl.

"Les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l'intention de commettre à très court terme, c'est-à-dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français", a précisé le ministre lors d'un point presse, à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle.

Les investigations, "grâce aux perquisitions toujours en cours, ont apporté des éléments permettant de matérialiser ce projet d'attentat terroriste", a-t-il ajouté, sans plus de précision sur la ou les cibles des deux suspects.

"Des opérations de sécurisation et de déminage sont en cours" dans le IIIe arrondissement de Marseille où les deux hommes ont été arrêtés "entre 10 et 11 heures", a-t-il également précisé.

"A quelques jours d'une échéance électorale majeure pour notre pays, je veux rappeler que tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité de ce rendez-vous majeur pour notre démocratie", a assuré Matthias Fekl.

"Les services du ministère de l'Intérieur sont totalement et plus que jamais mobilisés partout en France pour assurer la sécurité des Français, pour assurer le bon déroulé de la campagne présidentielle, pour assurer la sécurité des meetings et des rassemblements, pour assurer la sécurité des candidats et de leurs quartiers généraux de campagne", a-t-il poursuivi.

"Plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires" seront déployés pour assure la sécurité de l'élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote, a-t-il rappelé.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire