En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Attaque de Marseille: les conclusions de l'enquête administrative connues mardi

Samedi 07 octobre 2017
Attaque de Marseille: les conclusions de l'enquête administrative connues mardi
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb le 1er septembre 2017 à Paris - PATRICK KOVARIK (AFP/Archives)

Les conclusions de l'enquête administrative sur les conditions de la remise en liberté d'Ahmed Hanachi, à Lyon samedi dernier, à la veille de son attaque à Marseille, seront connues mardi, selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"J'aurai les conclusions mardi", a déclaré samedi à l'AFP M. Collomb, en marge de l'inauguration du nouveau terminal de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Il a ajouté qu'il laissait à l'Inspection générale de l'administration, saisie au lendemain de cette attaque au couteau, fatale à deux jeunes femmes, "le soin de diligenter l'enquête".

Celle-ci vise à faire la lumière sur la procédure, judiciaire puis administrative, ayant conduit à la remise en liberté du tueur de Marseille, afin de déterminer une éventuelle défaillance. Celui-ci avait été interpellé pour vol dans une gare lyonnaise le vendredi 29 septembre et remis en liberté le lendemain, alors qu'il était en situation irrégulière.

Le parquet de Lyon avait classé sans suite l'enquête pour vol visant le Tunisien de 29 ans et, ensuite, les autorités préfectorales locales n'avaient "pas été en mesure de prendre une mesure d'éloignement à son encontre", selon les propos du procureur de Paris François Molins.

"La personne de permanence à la préfecture du Rhône, ayant autorité pour signer l'obligation de quitter le territoire et le placement en centre de rétention (...) était absente", avait indiqué lundi à l'AFP une source proche de l'enquête.

Samedi dernier au matin, le centre de rétention administrative de Lyon-Saint-Exupéry, où il aurait pu être conduit, était par ailleurs "plein", deux admissions de migrants ayant été refusées, d'après une source proche du dossier.

Deux cousines de 20 ans, l'une résidant dans les Bouches-du-Rhône, l'autre près de Lyon, ont été mortellement poignardées dimanche 1er octobre à la gare Saint-Charles de Marseille. L'attaque a été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI) mais les enquêteurs s'interrogent depuis sur les liens entre l'assaillant, qui a été abattu, et l'EI.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire