En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Attaque au couteau : section antiterroriste saisie, l'assaillant a crié "Allah Akbar" selon des témoins (procureur)

Dimanche 13 mai 2018
Attaque au couteau : section antiterroriste saisie, l'assaillant a crié "Allah Akbar" selon des témoins (procureur)
Des policiers maintiennent un périmètre de sécurité après une attaque au couteau à Paris, le 12 mai 2018 - Thomas SAMSON (AFP)

L'homme qui a tué samedi soir un passant et blessé quatre personnes à Paris avant d'être abattu a crié "Allah Akbar" lors de son attaque au couteau selon des témoins, a annoncé le procureur de la République, qui a saisi la section antiterroriste de son parquet.

"A ce stade et sur la foi d'une part de témoignages faisant état du fait que l'agresseur a crié +Allah Akbar+ en attaquant les passants au couteau, et compte tenu du mode opératoire, nous avons saisi la section antiterroriste du parquet de Paris", a déclaré François Molins devant la presse sur place, dans le quartier de l'Opéra.

L'enquête est menée sous les qualifications d'"assassinat" et de "tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique", "en relation avec une entreprise terroriste", a-t-il précisé.

Elle a été confiée conjointement à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la sous-direction antiterroriste (Sdat), a ajouté le procureur.

Une personne a été tuée et quatre autres blessées, dont deux grièvement, vers 21h00 en plein coeur de Paris par un homme armé d'un couteau qui a été abattu par des policiers.

Le président Emmanuel Macron a déploré que la France payait "une nouvelle fois le prix du sang", mais assuré qu'elle ne cèderait "pas un pouce aux ennemis de la liberté".

L'attaque a eu lieu dans le IIe arrondissement, près de l'Opéra, dans un quartier touristique de bars, restaurants et théâtres très fréquenté le samedi soir.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire