En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
SURINAME

Un Guyanais blessé à l’arme blanche à Paramaribo

R.V-H & P.R. Samedi 22 Juillet 2017 - 09h22
Un Guyanais blessé à l’arme blanche à Paramaribo

 Un Guyanais, employé à la préfecture, s'est fait agresser mercredi à Paramaribo en plein jour et à reçu un coup de couteau. Les agresseurs en voulaient à son argent. 

Mercredi, un Guyanais, employé à la préfecture, s’est fait agresser à Paramaribo. Selon nos informations, celui-ci était à T’Vat, le centre touristique de la capitale surinamaise. Après qu'il ait changé de l’argent, deux hommes sont venus à sa rencontre et lui ont dérobé son sac au milieu de la foule. L’homme, qui ne s’est pas laissé faire, prendra un coup de couteau dans l'altercation. 
Alors que les voleurs étaient en fuite, un automobiliste témoin de la scène, s'est interposé. Il est parvenu à mettre les agresseurs en fuite et à récupérer leur butin.
Les jours du Guyanais agressé ne sont pas en danger. Les agresseurs sont toujours recherchés. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

MOMO66 22.07.2017
Liberté chérie...

Le Suriname n'est pas la Guyane Française ni le Guyana. Prompt rétablissement à ce compatriote.

Répondre Signaler au modérateur
Sti973 24.07.2017
???

Question sécurité je trouve que la Guyane n'a rien a envié au Surinam, surtout quand on rapporte le nombre d'agressions au nombre d'habitants.
Autre chose, l'article dit que l'agression à l'arme blanche est due au fait que la victime ne s'est pas laissé faire. Je me suis fait agressé 2 fois (ailleurs qu'en Guyane). Pour ne pas risquer de perdre la vie, j'ai tout donné ce qui - c'est certain - m'a évité ce qui est arrivé à cet homme.

Répondre Signaler au modérateur