En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
APATOU

Un collectif contre les agressions violentes

Bernard DORDONNE Jeudi 08 février 2018
Un collectif contre les agressions violentes
Les habitants du bourg d'Apatou veulent montrer leur ras-le-bol face à l'insécurité dans leur commune (photo d'archives)

Demain, la commune sera morte. Le maire Paul Dolianki en solidarité avec les victimes des agressions et des cambriolages fermera les portes de la mairie.

Un collectif d'habitants a été créé dans la commune d'Apatou afin de protester contre les nombreuses agressions et les cambriolages qui se multiplient dans la commune depuis le début de l'année. Demain, le collectif organise une marche en soutien au couple de touristes victime d'une agression-jeudi dernier au cours de laquelle la jeune femme a été violée dans le carbet de passage. Lors de cette marche, le collectif va porter son soutien à la directrice du groupe scolaire Edgard-Moussa du quartier Maiman. Mardi soir, cette dernière a été braquée et volée, à son domicile par deux individus armés. « Je sortais d'une réunion de circonscription à Saint-Laurent, j'étais en covoiturage avec deux collègues directeurs. Ils m'ont déposée devant chez moi vers 19 heures. J'avais oublié d'acheter une course au libre-service je suis ressortie en laissant la lumière et en enfermant ma chienne à l'intérieur de la maison » , raconte la directrice.
Lorsqu'elle est revenue chez elle, deux individus armés, le visage masqué par une cagoule l'attendaient à l'intérieur. « Sous la menace d'une arme, ils m'ont dit de refermer la porte derrière moi. Ils m'ont demandé en français de leur donner de l'argent. Je leur ai remis 600 euros. Ils ont fouillé la maison. Ils ont volé mes bagues ainsi que mon alliance, mon ordinateur portable. J'ai tout fait pour ne pas montrer que j'avais peur. J'ai cru qu'ils allaient tirer sur ma chienne » , explique la victime. Elle avoue qu'elle a eu très peur. « Je ne vois pas qui n'aurait pas peur lorsqu'on est seul avec quelqu'un qui tient un fusil sous votre nez et qui vous menace de vous tuer » , ajoute la victime.
« LA PEUR EST ENCORE PLUS INTENSE »
Durant cette épreuve, la directrice s'est souvenue du viol de la touriste qui a eu lieu la semaine dernière. « La peur est encore plus intense, mais je pense que je ne l'ai pas montré. » Pour la directrice, il est important que toute la population se mobilise à tout niveau. Selon elle, les actes de violences sont engendrés par des carences parentales, de l'État, de l'Éducation nationale.
« Il manque des psychologues, des aides pour le suivi des enfants. On n'a pas ce personnel spécialisé car les enseignants ne veulent pas venir car les conditions de vie ne sont pas simples. La CTG n'envoie pas d'assistance sociale pour le suivi des enfants qui sont signalés. Sur les évaluations on voit bien le résultat catastrophique des enfants d'Apatou comparé à Saint-Laurent » , souligne la directrice.
Le maire d'Apatou, Paul Dolianki s'est dit solidaire des victimes. « La mairie sera fermée demain. Aujourd'hui, à 9 heures, je serai devant la mairie pour une conférence d'informations sur tout ce qui pose problème dans la commune » , a indiqué le 1er magistrat rappelle avoir écrit au procureur de la République et au préfet pour signaler l'augmentation de la violence à Apatou.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Paassy 08.02.2018
Attention

Lors de la manifestation de demain, articulez bien et vérifiez les slogans, car certains malcomprenants vont croire que vous réclamez un changement de statut.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 08.02.2018
far west

il faut accepter l'idée qu'aujourd'hui aucune institution ne peut garantir la sécurité des individus ! ceux qui se baladent insouciants le nez en l'air vont le payer cher. c'est le far west ! il faut être sur ses gardes, et il faut être prêt à riposter ! oui, riposter, puisque c'est la jungle, il n'y a pas de raison que les victimes soient les seuls "couillons" à respecter les lois, alors qu'en "en face" tout est permis ! donc justement, à propos de permis, demandez votre permis de chasse, achetez votre fusil, et tenez vous prêts, si vous ne le faites pas, personne ne le fera pour vous ! c'est l'heure de vous demandez quelle valeur vous accordez à votre vie, et ce que vous être prêts à mettre en place pour la protéger !

Répondre Signaler au modérateur