France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Trafic de cocaïne : le nom des 4 Guyanais impliqués

B.D & P.R. Jeudi 2 Octobre 2014 - 16h20

Pourquoi nous n’avons pas encore publié les noms des quatre Guyanais interpellés jeudi dernier par les fonctionnaires de la PJ dans le cadre d’un vaste trafic de cocaïne entre le Suriname et la France, via la Guyane :

Depuis l'interpellation de quatre Guyanais dans le cadre d'une affaire de traffic de drogue jeudi dernier, de nombreux internautes s'interrogent sur le fait que France-Guyane n'a pas encore publié leur identité. Voici pourquoi :

Les quatre personnes impliquées dans cette affaite vont être entendues vendredi et samedi par le juge d’instruction du parquet de Créteil, en présence de leurs avocats guyanais.

Le juge va signifier leur mise en examen pour « détention et exportation en contrebande de marchandise dangereuse pour la santé publique ». Ce même juge va vouloir connaître le niveau d’implication de chacun dans cette affaire.

Après le passage devant le juge d’instruction, chaque prévenu sera envoyé, séparément, devant le juge des libertés et de la détention (JLD), qui décidera s’il faut maintenir en détention provisoire les prévenus ou s’il faut les remettre en liberté sous contrôle judiciaire.

À l’issue de cette audience devant le JLD, nous publierons le nom des prévenus Guyanais dans cette affaire.

Sachant que les prévenus, même suspectés, sont présumés innocent et ne peuvent être considérés comme coupable avant d’en avoir été jugé tel par un tribunal.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
24 commentaires

Vos commentaires

Sacco 04.10.2014

La meilleure preuve que France Guyane et d'autres pratiquent le politiquement correct :

Le sondage en cours actuellement intitulé:
" Selon vous, à quoi est due la vague de violence actuelle".

http://www.franceguyane.fr/pratique/meteo/

Parmi les réponses proposées, pourquoi France-Guyane ne propose pas une proposition concernant l'incroyable augmentation de l'immigration clandestine à laquelle la Guyane est confrontée depuis deux ans ?

N'est-ce pas une flagrante hypocrisie que de nier le fait que ces clandestins chaque jour plus nombreux, même s'il ne sont pas seuls responsables de la délinquance et des gabegies qui de plus en plus règnent en maître dans ce département, sont les acteurs privilégiés de nombreux trafics y compris celui des armes dont beaucoup proviennent du Brésil voisin et de l'ultra violence sud américaine ?

Ceci sans parler bien sûr, de ceux qui envahissent continuellement et sans plus le moindre contrôle notre forêt pour piller notre or en empoisonnant la nappe phréatique, les rivières, les fleuves et in finé l'océan ?

Franchement la sacro-sainte indépendance de la presse, comme celle de la justice d'ailleurs, me fait vraiment marrer !!!

Ah ça on peut le dire : Elle a du plomb dans l'aile notre presse libre et démocratique !!!

Répondre Signaler au modérateur
Sacco 04.10.2014

Absolument rien d'étrange dans cette discrétion, c'est au contraire parfaitement clair :
Lorsqu'un journal accepte les consignes de silence de la part de la préfecture, d'élus influents et autres membres de la nomenklatura locale et qu'en plus il ne pratique que le politiquement correct, ils ne faut pas dès lors s'étonner que l'information qu'il distille soit bourrée de parti pris et autres non-dits.
Lorsqu'un journaliste veut faire un article de fond risquant d’embarrasser ces gens là, qu'il veut par exemple parler du laxisme de la justice, des heures supplémentaires miraculeuses de certains employés communaux ou des salaires de certains employés du conseil général etc... lorsqu'il veut dénoncer,ce n'est qu'un exemple,ce scandale à ciel ouvert que constitue la décharge publique de Cayenne où l'on retrouve de temps à autres des cadavres d'enfants, où les ordures pourrissent au soleil,où des incendies se déclenchent aussi spontanément que régulièrement polluant gravement l’atmosphère et la nappe phréatique en produisant notamment des dioxines, où les vigiles laissent "étonnamment" entrer des miséreux venus chercher des trucs à récupérer mais refoulent parfois virilement les journalistes tentant d'y faire des photos...
Et bien à minima ce journaliste,on le censure et parfois même on l'encourage à partir, demandez donc à Sébastien Roselé ce qu'il en pense lui qui traitait des faits divers et qui est reparti totalement dégoûté en métropole voici maintenant quelques mois !

Répondre Signaler au modérateur
poil_a_grater 04.10.2014
Bizarre

C'est vraiment bizarre que notre journal adorée n'a pas encore dégainé les noms. Car d'habitude le jour même des faits les noms sont étalés sur la place publique (date de naissance, nationalité (surinamaise, guyanienne ou haïtienne) âge, adresse,numéro de sécu la total quoi. Mais la silence radio. Même s'ils sont déjà passés devant le juge il ne faut pas donné les noms (sacrilège) is pourrait être poursuivit car les familles de ces personnes sont puissantes. Rien à voir avec le "peuple d'en bas" qui elle ne reagirera pas si elles sont étalé sur la place publique. Par contre on nous explique dans cet article que la présomption d'innocence prévaut.
Vraiment FG chie sur les valeurs de la république.
FG = liberté de dire ce qu'elle veut quand cela l'arrange
FG différent d'égalité
FG plus ou moins de fraternité.
Un étranger ou un guyanais sans un nom de famille reconnu aurait il eu le même traitement de faveur selon vous?

Répondre Signaler au modérateur
Artiste973 04.10.2014
Infos outremer

http://m.la1ere.fr/2014/10/01/trafic-de-drogue-entre-la-guyane-et-paris-huit-suspects-presentes-la-justice-194664.html

Répondre Signaler au modérateur
gwada 67 04.10.2014
On nous prend pour qui?

Je ne suis pas du tout convaincu par les arguments de France-guyane. Les citoyen ont droit à l'information. Le rôle du quotidien est d'informer la population. Le journal n'a pas à attendre la décision des juges avant de citer leurs noms. Vous devez faire simplement votre travail de journalistes quelque soit la personne impliquée qu'elle soit connue ou pas.

Répondre Signaler au modérateur
gato 04.10.2014

Etrange, une bonne partie sont deja passé devant le juge d instruction et FG ne dit toujours rien!!!!D habitude il y a toujours des infos en direct....

Répondre Signaler au modérateur
chuchotement 03.10.2014
slurp

j'attends avec impatience les noms.
j'en salive.

Répondre Signaler au modérateur
Guya 03.10.2014
Ou sont les journalistes?

Il ne s'agit pas de journalisme, vous cachez certaines informations... Quand cela vous arrange!!! Vous traitez l'actualité comme vous le voulez, au lieu de la traiter correctement et de façon identique pour chaque affaire

Répondre Signaler au modérateur
je connais 03.10.2014
des noms

consultez le site internet officiel du père de l un entre autres des personnes arrêtées qui fais part déjà a son epoque et malgré son succes de l usage de cannabis ...quel bel exemple a t il donner a ses enfants....dommage il était la fierte de tout un peuple

Répondre Signaler au modérateur
philosof007 03.10.2014

quel site ? le lien du site ?

Répondre Signaler au modérateur