France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Taubira reçoit les étudiants guyanais

FXG Mardi 09 décembre 2014
Les étudiants guyanais ont rencontré Christiane Taubira, mercredi dernier. Avant d'être ministre, durant six ans, elle les avait sélectionné pour Sciences Po (FXG)

Christiane Taubira recevait mercredi dernier, place Vendôme à Paris, une trentaine d'étudiants guyanais, dont une majorité scolarisée à Sciences Po.

« J'ai de vieilles amours pour les étudiants de Saint-Laurent qui sont entrés à Sciences Po dans le cadre de l'éducation prioritaire. » La ministre de la Justice, en effet, a été membre pendant six ans du jury de sélection et a souvent accompagné les admis à Sciences Po Paris le jour de la rentrée. Outre le droit de suite qu'elle entendait leur offrir en les recevant, Christiane Taubira leur a demandé d'exposer les problématiques auxquelles ils sont confrontés au cours de leur cursus universitaire. Trois intervenants étaient donc chargés d'exposer la question du tutorat et de l'accompagnement des nouveaux étudiants, celle du logement et celle des bourses d'études. C'est Jessi Américain, issu avec Nicolas et Vanessa, de la première promotion des élèves du lycée Bertène-Juminer de Saint-Laurent et admis à l'école de la rue Saint-Guillaume, qui a ouvert les prises de parole. « Sciences Po nous garantit un logement les deux premières années, puis nous devons nous débrouiller. » La Région Guyane a mis en place une solution pour une année supplémentaire avec la Cité internationale universitaire, mais nombre d'étudiants, à l'instar de Roberto, ont du faire des pieds et des mains pour trouver une solution. « On ne peut suivre les cours correctement et travailler en même temps! »
Un système de bourse existe pour les aider. Il y a la bourse classique sur critères sociaux, financée par l'État et Sciences Po, et celles attribuées par la Région. De 750 à 1 500 euros par an et selon les revenus des parents. Les étudiants souhaitent que la Région ne distribue qu'une seule bourse d'un montant uniforme. « Même 1 500 euros par an, explique Charles-Henry Asaitie (en 1ère année), c'est très peu pour vivre à Paris. » Alors il lance un appel aux élus guyanais : « Il faudrait qu'ils nous proposent des stages ou des jobs d'été, qu'ils nous ouvrent leurs réseaux! »
Christiane Taubira a invité les étudiants à rester en contact avec elle, via son conseiller pour les « affaires réservées » .
FXG, à Paris
Jessi ou la génération des premiers diplômés
(FXG)
Jessi Américain est diplômé depuis l'an dernier. Après trois ans à Paris, il a fait sa 4e année à Bogotá. « L'avenir de la Guyane passe par son intégration meilleure dans sa zone géographique » , lance-t-il citant ses camarades présents qui ont choisi d'aller au Brésil comme Cynthia, en Colombie, au Chili ou encore au Québec. Jessi a ensuite fait un master de Gestion ressources humaines en alternance à Saint-Gobain. « J'ai accompagné deux plans de sauvegarde de l'emploi dans deux filiales de ce groupe. » Aujourd'hui, il est en recherche d'emploi et reste impliqué dans le réseau informel des Guyanais de Sciences Po.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
14 commentaires

Vos commentaires

LINDOR 12.12.2014
Pliés en deux ;

Et tandis que vous vous pliez en deux pour baiser les pieds de votre dernière prophétesse, Ubu, moi et quelques autres, nous nous plions en deux...de rire devant ce spectacle.

Répondre Signaler au modérateur
LINDOR 12.12.2014
Ballon crevé ;

Pour continuer dans la métaphore rugbystique, laissons Jeanvalois973, Râle-Bol, Melville et autres Monchou se refiler sans cesse leur ballon ovale, crevé d'intolérances, sur la pelouse trop usée des lauriers qu'ils tressent chaque jour à celle qu'ils idolâtrent : Christiane Taubira.
Mais ne vous réjouissez pas trop vite, Messieurs les vénérateurs zélés : bientôt le peuple français sifflera la fin de la partie.
Et Mme Taubira de rentrer aux vestiaires et tous ses petits toutous à la niche où ils pourront continuer à aboyer. Pour rien.

Répondre Signaler au modérateur
jeanvalois973 10.12.2014
"les chiens aboient, ..........."

Les ubu et lindor confirment leurs incroyables complexes face à la personnalité de Taubira. Et vous arriverez effectivement, partisans ou non de Taubira - car il n'y a pas de pensée monolithique- à faire l'unanimité des personnes équilibrées et intelligentes qui vont porter de nouvelles valeurs ne serait-ce que pour les prochaines échéances électorales, avec à minima le point commun de la nécessité de changer de niveau et d'objectifs, dans une région où les enjeux restent à taille humaine et faisables, à condition d'écarter sans ménagement les ringards de la politique, qui tous les jours montrent leur limite et leur fragilité face à la corruption pour souvent un "simple plat de lentilles", et dont le seul but est d'émarger à n'importe quel prix aux indemnitéés de la nouvelle assemblée. La vénalité et la couardise politique ou encore la complaisance face à nos grands partenaires(qui n'en demandent même pas tant), tels devront être les points de démarcations, et il est clair que c'est l'envergure de Taubira sur ces questions qui fait aussi peur à tous les réactionnaires.

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 10.12.2014

Toi aussi, fais comme Jeanvalois973 et utilise le générateur de langue de bois sur :
http://g-langue-de-bois.fr/politique/generer_discours_langue_de_bois.php
Des emplois aux Walwari à gagner !

Répondre Signaler au modérateur
Melville 10.12.2014

Quoi, Ubu, vous en êtes réduit à vous raccrocher à Lindor ? Votre affliction m'est insoutenable. Vraiment.

Répondre Signaler au modérateur
monchou 10.12.2014
Bravo Melville .

Merci Melville . Très bon et très juste. Et encore bravo à C.T.

Répondre Signaler au modérateur
LINDOR 10.12.2014
Très bon ;

Merci, Ubu. Très bon et très juste.

Répondre Signaler au modérateur
rub 10.12.2014
Réponse à lindor

Vous voir applaudir de tel propos ne m'étonne guère maintenant....... Vous êtes pathétique monsieur lindor vraiment pathétique.

Répondre Signaler au modérateur
blabla 10.12.2014
et c'est pas fini ...

Sacré UBU mais j'adore car dans ce monde de brutes, il a tellement raison , merci et tant pis si on se fait huer, on restera toujours au dessus de la mêlée.

Répondre Signaler au modérateur
Râle-bol 10.12.2014
Et hop, un drop !

Ô combien intéressante et révélatrice cette modeste allégorie sportive de la Raison !!! Sauf que le rugby est un sport de brutes, pratiqué par des gentlemen. À en juger par vos propos, à l'un comme à l'autre, je doute fort de vos qualités rugbystiques. Non seulement vous êtes au-dessus de la mêlée, mais vous êtes même sur la touche, en train de ramasser les pâquerettes au niveau desquelles se situent vos commentaires. Je ne viens pas vous huer, vous n'êtes même plus sur le terrain. Lorsque vous comprendrez qu'à force de botter en touche ou de manquer de fair play, vous ne faites que lasser les lecteurs-spectateurs, vous pourrez alors réintégrer l'équipe. Mais n'ayez pas peur des placages ! Sportivement.

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3