En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Quatre cambriolages en un an, Nathalie est traumatisée

B. D. Mardi 20 septembre 2016
CAYENNE & MATOURY. Ne sachant plus à quel saint se vouer, Nathalie, une mère de famille de trois enfants, victime de quatre cambriolages en un an de présence dans le département, a franchi, hier, les portes de la rédaction de France Guyane pour raconter son calvaire et crier sa colère. « Jeudi, nous avons été victimes du quatrième cambriolage depuis un an que nous vivons en Guyane. C'est frustrant, j'ai le sentiment que l'État ne s'occupe pas de nous » , lance la jeune femme en pleurs. Les faits se sont déroulés jeudi vers 10 heures dans la maison que la famille loue depuis deux mois au quartier la Cotonnière à Matoury. Avant, Nathalie, son mari et leurs deux enfants de 12 et 15 ans habitaient à Suzini à Cayenne : « Nous avons été cambriolés trois fois. Ils sont rentrés dans la maison alors que l'on dormait à l'intérieur. Ce sont des souvenirs qui me hante toutes les nuits. J'ai peur pour mes enfants. À chaque fois, ils dévalisent notre maison. Ils ont pris les vélos neufs que les enfants avaient reçus pour Noël. Ils ont pris tous mes bijoux, les appareils photos, les ordinateurs portables avec nos photos souvenirs. Je suis triste et en colère » , lâche-t-elle. Traumatisé à l'idée d'être cambriolée encore une fois, la victime explique avoir porté plainte au commissariat de police de Cayenne, mais les policiers ne se sont pas déplacés pour constater les cambriolages. « À Matoury, les gendarmes sont venus faire des constatations et la nouvelle section anticambriolage s'est déplacée chez moi pour prendre ma plainte. » Dans cette affaire, la plaignante a le sentiment que le préfet et la justice les ont abandonnés. Elle espère être reçue par le ministre de l'Intérieur lors de son déplacement en Guyane au mois d'octobre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Ubu 22.09.2016

Matériel couteux, vélos neufs, bijoux de valeur, installation dans des quartiers une peu "chauds", très certainement pas de système d'alarme, ni de chien, ni d'antivols sur les vélos...
C'est vrai que c'était totalement imprévisible...

Répondre Signaler au modérateur
skol973 22.09.2016

La Guyane est laissée à l abandon par l état français car après le meurtre du jeune de 15 ans mardi dernier, 71 gendarmes sont arrivés en Guadeloupe pour régler le problème de l insécurité.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 21.09.2016
aide toi et le ciel t'aidera

Madame Nathalie, si vous lisez ces lignes, pouvez-vous nous indiquer, après le 1er cambriolage, quelles sont les mesures que vous avez prises pour protéger votre bien le plus précieux (la vie de vos enfants) ? J'imagine au minimum des grilles et une alarme (voire l'achat d'une arme à feu) ? Les fois suivantes, comment les voleurs ont-ils procédé pour franchir les grilles et neutraliser l'alarme ? Ceci bien sûr pour nous permettre à tous de tirer enseignement de votre triste histoire. Bien à vous.

Répondre Signaler au modérateur