France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

Les voleurs sont passés par le toit de la supérette

Philippe CHAUVIN Samedi 04 janvier 2014
L'urgence pour les gérants était d'abord de ranger le magasin (PhCh)

Le libre-service Ako, situé au début de l'avenue des Roches, a été cambriolé durant la nuit de jeudi à vendredi. Un de premiers cambriolages de 2014.

Voilà à peine deux mois que Luda Xia, qui travaillait auparavant au Huit à Huit, près de la Poste, a repris la gérance du libre-service Ako, situé au début de l'avenue des Roches, et il a déjà été cambriolé dans la nuit de jeudi à vendredi. Il ne savait pas que, quelques semaines auparavant, l'ex-gérante avait été agressée par de pseudo-clients mais il trouve déjà le quartier « moins tranquille » que celui qu'il vient de quitter.
Sa famille et lui, quoi que résidant juste à côté, n'ont rien entendu. C'est sa mère qui a découvert le préjudice lorsque, comme à l'accoutumée, vers 7 heures du matin, elle a passé la porte qui communique entre les appartements privés et le magasin afin d'ouvrir ce dernier et de recevoir les premiers clients. « Elle a constaté beaucoup de désordre dans les rayons et m'a appelé tout de suite » , raconte son fils. « J'ai compris immédiatement et j'ai cherché comment les voleurs avaient pu pénétrer dans le magasin. J'ai rapidement constaté un trou dans le plafond par lequel ils étaient passés. »
UNE LETTRE À LA MAIRIE POUR ÉCLAIRER LA RUELLE
Les cambrioleurs se sont servis en alcool et en cigarettes, embarquant notamment une quarantaine de bouteilles de whisky de toutes marques et une dizaine de bouteilles de champagne. Parfums, hamacs, déodorants et autres produits d'hygiène ont complété leur butin avant qu'ils ne s'en prennent à la recette estimée par le gérant à environ 3 000 euros. « Ils ont même embarqué la caisse enregistreuse. Je pense que le montant total du préju-diceapprocheles 10 000 euros » , estime rapidement Luda Xia.
« Je regrette que la petite ruelle à côté du magasin ne soit pas éclairée car cela facilite le travail des voleurs. Je vais écrire une lettre à la mairie afin que l'on puisse résoudre ce problème » , souligne le commerçant. « Nous comptons aussi sur l'installation prochaine des gendarmes près de chez nous » , conclut-il en regardant juste en face, la nouvelle gendarmerie qui semble plus qu'attendre ses nouveaux locataires.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire