En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les ossements sont bien ceux de Myrtho Fowel

Sébastien ROSELÉ Vendredi 20 décembre 2013
Du 14 au 18 octobre, les plongeurs de la gendarmerie ont remonté la Peugeot 307 de Myrtho Fowel. A l'intérieur, des ossements bien conservés avaient été découverts (photo d'archives)

Les résultats des analyses sont tombés cette semaine. Les ossements retrouvés dans la Peugeot 307 repêchée dans le fleuve de Sinnamary il y a deux mois sont bien ceux de l'ancien directeur financier de la CCOG.

« Les ossements retrouvés dans la véhicule sont ceux de Myrtho Fowel. Et ce sont ceux d'une seule et même personne. » Hier après-midi, au téléphone, le procureur de la République de Fort-de-France Éric Corbaux énonçait les résultats des analyses. Le juge d'instruction chargé de l'enquête, basé lui aussi en Martinique, les a reçus cette semaine. Une première étape dans l'enquête sur la disparition de Myrtho Fowel, l'ancien directeur financier de la CCOG (Communauté de communes de l'Ouest guyanais).
Alors que les plongeurs de la gendarmerie recherchaient le corps d'un commerçant chinois assassiné et jeté dans le fleuve Sinnnamary, le 15 septembre, ils avaient découvert une voiture qui s'avérera être celle de Myrtho Fowel. Une opération pour remonter la voiture reposant à environ six mètres au fond du cours d'eau a été organisée du 14 au 18 octobre. Et c'est le 17 octobre que les plongeurs faisaient une découverte inattendue, alors que la Peugeot était encore immergée. Dans l'habitacle, ils trouvaient des ossements bien conservés. Mais on ne savait pas à qui ils appartenaient. C'est désormais chose faite.
Les restes humains avaient été expédiés par avion vers la France peu de temps après la découverte. Un laboratoire de la gendarmerie situé en banlieue parisienne avait comparé l'ADN des os avec celui des membres de la famille de Myrtho Fowel que les enquêteurs avaient recueilli au préalable.
NEUF ANS DANS L'EAU
Désormais, il reste à savoir la cause de la mort de Myrtho Fowel. Selon le procureur de Fort-de-France, « un médecin légiste anthropologue » basé lui aussi dans l'Hexagone, a commencé à les expertiser. Reste à savoir si le scientifique parviendra à « faire parler » des ossements qui ont séjourné dans l'eau pendant neuf ans. Tout comme pour la Peugeot 307, qui continue d'être passée au crible par quatre gendarmes appartenant à une cellule qui travaille à temps complet sur le dossier. Le procureur ne veut rien dire des premières découvertes faites par le légiste-anthropologue. « On ne communique pas là-dessus tant qu'on n'a pas les résultats définitifs. »
Myrtho Fowel n'avait plus donné signe de vie depuis le
20 juillet 2004. Sa disparition avait entraîné la découverte de marchés publics truqués dans l'Ouest guyanais, qui a valu à Léon Bertrand, maire de Saint-Laurent, d'être condamné à trois ans de prison ferme en juillet dernier par le tribunal de Fort-de-France. Il a fait appel.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu