En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ASSISES

Les meurtriers de Yann lourdement condamnés

Bernard DORDONNE Vendredi 13 janvier 2017
Les meurtriers de Yann lourdement condamnés
Yann s'est écroulé dans la station d'essence (BD)

Hier midi, les jurés de la cour d'assises de Guyane ont rendu leur verdict dans le procès des trois jeunes accusés du meurtre de Yann, un lycéen de Damas de 17 ans tué le 14 janvier 2015 à l'entrée de la cité Arc-en-Ciel à Rémire-Montjoly.

Le seul accusé majeur dans ce procès qui s'est tenu jusqu'à hier devant la cour d'assises des mineurs, a écopé de la plus lourde peine. Wellyson Neres Araujo, défendu par Me Rudy Constant, avait 18 ans au moment des faits qui se sont déroulés il y a deux ans. Il a été condamné à 20 années de réclusion criminelle avec une interdiction définitive du territoire français.
Les deux autres accusés, mineurs au moment de l'homicide, ont écopé, chacun, de 16 ans de prison. Celui défendu par Me Virginie Fettler a été condamné en outre à une interdiction définitive du territoire. C'est Me Valérie Palcy qui défendait le mineur à l'origine de la transaction avec Yann.
Selon les avocats, ce procès, qui s'est tenu en publicité restreinte, a été particulièrement tendu. Lors des audiences, les deux mineurs ont reconnu leur participation à la tentative de vol du scooter de la victime. Ils n'ont pas endossé le coup de feu qui a tué Yann. Selon les avocates des deux mineurs, leurs clients ont exhorté le majeur à dire la vérité et notamment à reconnaître que c'était lui qui avait tiré. Wellyson Neres Araujo a nié sa participation aux faits durant le procès.
VIOLENCE PHYSIQUE EN COURS DE PROCÈS
En tout cas, ces exhortations se sont transformées en violence physique mardi après-midi. Alors que Me Constant interrogeait le client défendu par Me Fettler, le mineur qui avait fait deux mois de cavale avant de se livrer aux gendarmes a été agacé par les questions acerbes de l'avocat. Il s'est retourné et a balancé un coup de poing au visage du majeur. L'autre mineur a lui aussi sauté sur le majeur. Surpris, les gendarmes ont eu beaucoup de mal à séparer les accusés. Le procès a été suspendu un long moment.
Dans son réquisitoire, l'avocat général qui a imputé une égale responsabilité aux trois accusés, a réclamé plus de 20 années de réclusion criminelle. Le verdict peut laisser penser que les jurés et la cour ont cru davantage à la version des deux mineurs qu'à celle défendue par le majeur.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire