France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Les adolescents revendaient du gibier protégé sur internet

Bernard DORDONNE Samedi 15 novembre 2014
Les adolescents avaient mis en place un véritable commerce pour arrondir leur fin de mois (DR)

Deux mineurs de 15 ans et 17 ans ont été interpellés, lundi, pour des pratiques de vente illégale d'espèces animales protégées ou interdites à la vente. Ils gardaient dans leurs congélateurs 25 kg de viandes. Ils sont convoqués devant le juge des enfants en décembre.

Il est fort peu aisé de gérer la faune chassée en Guyane. D'abord en raison de la complexité écologique due au milieu tropical ; ensuite à cause du caractère pluriethnique du pays. En juillet, le gendarme référant contre le trafic d'espèces protégées a reçu sur son bureau de la brigade de Kourou, un signalement sur des faits de commerce illégal de vente de gibiers. Débute alors un véritable travail d'investigation qui permet aux militaires de cibler deux mineurs domiciliés à Cayenne, âgés de 15 et 17 ans. Tous deux vendaient plusieurs espèces protégées de gibiers sur leur page Facebook.
La traque des gendarmes a permis de connaître les habitudes de chacun des contrebandiers. Si l'un s'intéressait davantage à la vente de caïmans et d'iguanes verts, l'autre, le plus jeune, n'avait pas de préférence. Toutes les autres espèces y passaient, allant de l'agouti, tatou à neuf bandes, pécaris au cabiaï. Il faut dire que c'est son père qui chassait les gibiers, le fils étant le commercial de la famille. Dans cette affaire, le père n'a pas été inquiété car il n'est pas interdit de chasser les espèces, ni de les manger dans le cadre d'une consommation personnelle. Ce qui est interdit et puni par la loi, ce sont les pratiques de vente illégale d'espèces animales protégées ou interdites à la vente.
L'enquête diligentée depuis le mois de juillet a connu son apogée avec l'interpellation des deux mineurs et la perquisition effectuée en coopération avec les agents de l'ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) à leur domicile. Ce qui a permis de récupérer plus de 25 kg de viandes dans les congélateurs des deux revendeurs.
Une arme illégalement détenue a également été découverte au cours de l'enquête. Les deux mis en cause devront répondre de leurs actes en décembre devant le juge des enfants. Ils devraient être mis en examen.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
10 commentaires

Vos commentaires

cris 18.11.2014
animaux protégés !!

Le cochon bois, le pac, l'agouti et le tatou sont des animaux protégés ?? ha bon ??

Répondre Signaler au modérateur
kafka 16.11.2014

On trouve certaines de ces viandes dans des restos ! Le fricassé d'agouti miam miam, c'est délicieux. Y'a pas autre chose à faire que d'empêcher la chasse de ce genre de gibier, non ?

Répondre Signaler au modérateur
Sacco 16.11.2014

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
rolnic 16.11.2014
undefined

undefined

Répondre Signaler au modérateur
Keskimariv 16.11.2014
......

Je pense que le père est aussi coupable que ces deux mineurs puisque la "marchandise" se trouvait dans son frigo.
Tous ces animaux abattus n'ont pas fait l'objet de prélèvements pour savoir s'ils étaient contaminés ou pas (ébola ; fièvre, etc...). Après, il ne faut pas venir se plaindre et dire qu'on a des maladies orphelines.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 16.11.2014
pas d'accord

ces deux jeunes gens avaient une arme, et manifestement, ils savent s'en servir. pourtant, ils ont fait le choix de la libre entreprise, ils ont fait le choix de travailler ! ce n'est pas tout le monde qui peut traquer un si petit gibier et faire mouche, et c'est encore moins aisé de préparer la viande. au lieu de les féliciter, on les traite en criminels. à leur place, nul doute que la prochaine fois, tant qu'à faire que d'être traité en criminel, j'utiliserais mon arme pour braquer le client directement ! c'est plus rapide ! ces lois absurdes (en bonne partie Européennes) et inadaptées à notre département le détruise petit à petit ... et la nation nous suit ... droit dans le mur !

Répondre Signaler au modérateur
eric973g 16.11.2014
Etes vous ironique ?

J'espère que vous n'êtes pas sérieux en écrivant ça.
Ces jeunes sont des braconniers, ils massacrent des espèces protégées et on devrait les féliciter ?
Franchement, c'est de pire en pire ce qu'on peut lire comme commentaire ici.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 18.11.2014
persiste et signe

non, du tout, je trouve vraiment qu'avec tous les jeunes qui tirent sur les passants, ceux là sont vraiment les derniers à venir faire ... !

Répondre Signaler au modérateur
Francois 17.11.2014

Quand il n'y aura plus de gibier, on en importera... Et pleurera sur notre passé...

Répondre Signaler au modérateur
Sacco 16.11.2014

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur