France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EN BREF

Le tireur de Balata Ouest à nouveau incarcéré

S. M. Jeudi 09 août 2018
Le tireur de Balata Ouest à nouveau incarcéré
La rue Parcouri à Balata Ouest où a eu lieu le crime, alors que les secours et gendarmes étaient encore sur place, mardi soir (SM)

Eliezer Toloza Santana, qui avait reconnu avoir tué Rodrigo Catherine, le 24 juillet dans le quartier de Balata à Matoury, a finalement été placé en détention provisoire. La semaine dernière, il avait été laissé libre par le juge des libertés et de la détention. Mais suite à des menaces de mort proférées à l'encontre de sa famille, il a demandé son incarcération.

MATOURY. Nouveau rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de Rodrigo Catherine, 29 ans, abattu le mardi 24 juillet, rue Parcouri à Balata Ouest, sur la commune de Matoury. Eliezer Toloza Santana, qui avait reconnu les faits, avait été dans un premier temps placé en détention provisoire. Il avait demandé un délai au juge des libertés et de la détention pour préparer sa défense. Il avait donc comparu une seconde fois, vendredi. Et là, il avait été décidé sa remise en liberté, moyennant la mise en place d'un contrôle judiciaire. L'auteur présumé des faits avait présenté des garanties sérieuses d'hébergement à l'écart de Cayenne. La famille de la victime, qui avait enterré le jeune homme dimanche au Brésil, s'était pour sa part indignée sur les réseaux sociaux de cette décision de justice.
La famille du tireur présumé a, de son côté, été la cible de menaces de mort, ces derniers jours. Eliezer Toloza Santana a demandé à être placé en détention provisoire pour que cessent ces menaces. Il est donc retourné en prison ce mercredi.

(Plus de détails dans notre édition de ce vendredi)
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

den97300 09.08.2018
Laissons la justice poursuivre son processus

Savez vous comment se déroule une enquête ? Malgré les avoeux, il y a la presomption d'innocence et surtout apporter des preuves matérielles. Les seuls avoeux restent insuffisants. Par exemple, quelqu'un peut se désigner coupable a la place de quelqu'un d'autre. Et puis l'incarcération n'est pas la regle même si la famille de la victime le réclame. Le contrôle judiciaire permet de "maintenir" la liberté sans pour autant qu'elle soit définitive. C'est la Loi et c'est comme ça même si elle ne convient pas à tous. Une enquete demande un minimum de temps et d'objectifs factuels à atteindre. On se base sur les faits, pas sur les ressentis, émotions ou médiatisation. L'incarcération a été acceptée pour "apaiser" et faire taire les tensions, A LA DEMANDE DU PRÉVENU. Restons objectif malgré les ressentis et laissons la justice poursuivre son processus.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 10.08.2018

Sacré den97300.
L'archétype du mec qui vient se la couler douce en Guyane !
Deux fautes d'orthographe par ligne, donc pas forcément un salarié de l'"éducation nationale" (enfin, j'espère...). Plutôt un employé d'une "ONG" locale...
Bon, blague dans le coin, le mec tue et reconnait avoir tué, pour la présomption d'innocence, c'est râpé.
La loi française est pourtant claire, mais c'est son "adaptation locale" qui permet ce recours au contrôle judiciaire : y'a plus de place en prison (nota : la ville de St Laurent fournit plus de la moitié des détenus de Rémire)


Répondre Signaler au modérateur
roots973 10.08.2018

Y a qu'a voir les résultats quotidiens du processus de la justice...
le processus fonctionne tellement bien que la population commence a faire justice elle même

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 09.08.2018
Justice se passe

Et donc, pendant que justice se fait (appel et autres), on menace la famille du tireur. Avec de tels idiots, la Guyane n'est pas prête d'avancer. La famille ne soit pas se réjouir d'avoir un meurtrier voire un assassin dans ses rangs.

Répondre Signaler au modérateur
roots973 09.08.2018
elle est belle la justice

a reconnu avoir tué Rodrigo Catherine............il avait été laissé libre............
Je suis le seul a pas comprendre?

Répondre Signaler au modérateur